L’Alliance 46.2 sonne l’alarme!

Cette association qui regroupe 21 entreprises leader dans le secteur du tourisme (Club Med, Accord, Pierre et Vacances…) a adressé une lettre ouverte à la presse dans laquelle elle propose des pistes pour sauver le tourisme en France…

Pour L’Alliance 46.2, dont l’objectif est « de renforcer l’attractivité de la destination France », l’année 2016 va être particulièrement mauvaise. « Sous réserve des résultats du troisième trimestre, les arrivées de touristes étrangers en 2016 devraient être de 4 à 5 % inférieures à celles de 2015. Si ces projections sont confirmées, ce serait la plus forte baisse qu’ait connu le tourisme français depuis au moins 40 ans. Elle induirait une perte de l’ordre de 25 à 30.000 emplois directs auxquels il faut ajouter un nombre équivalent d’emplois indirects. »

Ces mauvais résultats se retrouvent sur presque tous les segments de la chaîne de valeur du tourisme : transports, hébergements, restauration, shopping, ainsi que les lieux de visites et les parcs de loisirs les plus exposés aux clientèles internationales.

Création d’une police touristique

Pour l’association : « L’image de la France est profondément dégradée ». « Eu égard à l’ampleur du choc, il est probable que l’année 2017 en ressentira encore les effets. La récupération risque en conséquence d’être longue. C’est dans cette perspective qu’il nous faut nous placer. »

Parmi les dossiers à gérer en priorité, « la sécurité est le premier impératif », explique l’Alliance 46.2. L’association propose des mesures opérationnelles, « telles qu’une organisation spécifique, au moins à l’échelle de Paris et de sa première couronne, permettant à la police d’avoir une vision globale tant des agissements de bandes qui sont bien organisées que de petits délinquants à la sauvette qui empoisonnent la vie des touristes. Quand un pays de 66 millions d’habitants accueille 84 millions de touristes, il n’est pas anormal qu’il se dote d’une police spécialisée et, pourquoi pas, d’un parquet spécialisé. »

L’association propose également des « mesures pénales renforcées permettant de dissuader les délinquants, par exemple en instituant une circonstance aggravante pour les délits commis dans les zones touristiques ou une interdiction d’y paraître pour les récidivistes. »

Fier de la France

La deuxième urgence concerne la restauration de l’image de la France. « La situation est aujourd’hui suffisamment grave pour que l’on considère que la seule promotion du tourisme n’est plus suffisante », explique l’Alliance 46.2.

« L’image de notre pays passe en effet par de multiples vecteurs : nos destinations touristiques, certes, mais également nos produits culturels (cinéma, séries télévisées, arts plastiques, spectacle vivant…), nos établissements d’enseignement et de recherche, nos produits d’exportation ainsi que les voix qui portent : celle des responsables politiques et économiques, des grands noms des arts, des sciences, de la gastronomie, de la musique, du spectacle… »

Comme l’explique l’association, « il s’agit de faire ce que font très bien nos concurrents anglo-saxons : organiser ces canaux qui véhiculent notre image, c’est-à-dire gérer notre « soft power » et travailler notre « nation branding ». Il est aujourd’hui urgent de s’y mettre, collectivités publiques et entreprises confondues. »

Moins de charges et des réformes

Dernière urgence et non des moindres : les entreprises. « Une chose est certaine : la crise que nous traversons va faire des victimes dans le tissu des industries du tourisme composé à plus de 90% de petites entreprises », explique l’Alliance qui précise que « les leviers en la matière se trouvent du côté de la fiscalité ou des charges sociales. »

Pour elle, « cette crise constitue aussi l’occasion de débloquer des réformes attendues depuis longtemps (simplification des règles d’urbanisme, financement des investissements, connectivité aérienne avec les clientèles long courrier, modernisation de notre dispositif de promotion…) »

« Tous ces chantiers peuvent bouger, tout comme la correction de faiblesses lancinantes spécifiques comme l’aménagement du régime de gestion des plages, l’attente aux postes de police à Roissy-Charles-de Gaulle ou la simplification des règles de détaxe. »

Selon l’Alliance, « la mauvaise passe que nous traversons peut être une occasion non seulement de rebondir à court terme mais également de jeter des bases pour le long terme. »

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY