L’aéroport d’Auckland qui a accueilli 18,2 millions de passagers en 2016 est obligé de demander à certaines compagnies aériennes d’annuler leurs vols et de faire d’autres escales pour s’approvisionner en carburant. La raison est assez surprenante…

Les aéroports disposent de pipelines …

Les grands aéroports internationaux ne sont plus approvisionnés par des camions citernes mais par des pipelines. Le hic c’est que l’aéroport d’Auckland ne dispose que d’un seul. Mais une malheureuse pelleteuse aurait endommagé cet unique pipeline.

pipelineAuckland Airport précise dans un communiqué le 17 septembre : « En raison des dommages causés sur le pipeline, les compagnies pétrolières rationnent actuellement la quantité de carburant qu’elles fournissent aux compagnies aériennes ».

Les compagnies aériennes doivent trouver une solution

Tous les vols qui arrivent ou partent d’Auckland ont été avisées de transporter suffisamment de carburant pour redécoller. Les vols long-courriers sont redirigés vers d’autres aéroports internationaux néo-zélandais. Les compagnies pétrolières prédisent que le problème pourrait prendre 10 à 14 jours pour rétablir un approvisionnement normal.

Des escales pour les long-courriers

Les transporteurs ont plusieurs options pour gérer leurs opérations. Ils s’organisent en effectuant les pleins de carburant, dans la mesure du possible, sur d’autres aéroports.

Néanmoins, certains vols long-courriers vers l’Asie et l’Amérique du Nord seront amenés à faire une escale pour se réapprovisionner en cours de route. Ainsi, un vol Emirates, dimanche dernier, a dû se poser à Christchurch. Cet incident provoque des retards coûteux pour les compagnies aériennes.

7409a9aeb3829605b670d4034a5eafccAir New Zealand est la première touchée

Si les deux compagnies aériennes françaises (Aircalin et Air Tahiti Nui) qui desservent Auckland ne semblent pas subir de difficultés, il en va autrement pour la compagnie nationale.

Air New Zealand précise être très inquiète et déçue par l’incident qui aura une incidence sur des milliers de passagers.

Des passagers mécontents

Certains passagers ont été confrontés à des escales non prévues pour faire le plein à Sydney ou Christchurch. Ces retards sont susceptibles de faire manquer des correspondances.

Quand le problème s’est produit, la plupart des passagers ont découvert la surprise en arrivant à l’aéroport. Personne n’avait eu une explication claire tout comme le personnel des compagnies aériennes.

Un pipeline de secours aurait dû être construit

Il semble que la direction de l’aéroport connaissait le risque d’un problème d’approvisionnement. Les capacités de stockage sont trop faibles et le besoin d’un pipeline de secours serait le bienvenu.

5fd5d0b6de3dcc5605604b8d857b203cCependant, le coût de l’installation d’un deuxième pipeline aurait dû être répercuté sur les compagnies aériennes. Par ailleurs c’est la première fois qu’il y a eu une interruption de livraison par le pipeline.

Les médias locaux critiquent vertement les autorités aéroportuaires tant pour leur manque de capacité de stockage de carburant.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY