L’ABTA siffle la fin du jeu de dupes

En octobre dernier, nous vous avions révélé l’arnaque à la tourista qui sévit outre-Manche… Devant son ampleur, principalement auprès des hôteliers espagnols, l’association des agents de voyages britannique a lancé la campagne « Stop sickness claims » (Arrêtez les réclamations pour maladie).

Si le phénomène est connu depuis longtemps, il semble s’être s’être accentué ces dernières années. « Depuis 2013, le nombre de réclamations pour intoxications alimentaires en vacances a augmenté de 500% », écrit l’ABTA sur son site internet. « Et nous avons reçu des dizaines de milliers de plaintes contre des hôteliers au cours de l’été dernier. » Bizarrement, ces pathologies gastro-intestinales ne concernent pas les autres clients comme les Belges, Français, Allemands, Hollandais ou Portugais. L’évidence s’impose donc pour l’ABTA: « Beaucoup de ces réclamations peuvent être exagérées ou frauduleuses ».

L’association a donc lancé cette campagne d’alerte auprès du grand public et du gouvernement sur les conséquences de cette arnaque organisée par des personnes sans morale. Dans la ligne de mire de l’ABTA, « Des sociétés de gestion des risques peu scrupuleuses (qui) encouragent les vacanciers à soumettre des réclamations frauduleuses, ou exagérées », explique l’association britannique

Une arnaque à 418 M£ pour la Sécu anglaise

Car, outre-manche, la réclamation dans le domaine du tourisme et de l’aérien, est devenue un véritable terrain de jeu pour des cabinets d’avocats spécialisés ou des sociétés privées qui prennent en charge les réclamations des clients mécontents… moyennant une commission perçue sur la somme récupérée (20 à 30 %). Et selon les médias britanniques, le remboursement moyen de ces plaintes serait de 2.000 à 5.000 £, des indemnisations souvent bien plus élevées que le prix des vacances. C’est le jackpot assuré ! Mais pas sans conséquences…

Une enquête du DailyMail, citée par les hôteliers espagnols, principales victimes de cette fraude, constate une explosion du nombre de réclamations portées par ces profiteurs à l’encontre de la NHS, le service public de la santé de la Grande-Bretagne. L’an dernier, l’organisme a du verser 418 M£.

De son côté, l’HOSBEC, l’association des hôteliers de Benidorm, de la Costa Blanca et de Valence, estime à plus de 60 M€ le coût pour les hôteliers espagnols. L’association espagnole réclame une refonte totale et « radicale »du système de réclamation des tour-opérateurs britanniques faute de voir les relations commerciales avec l’Espagne se « détériorer ».

Certains hôteliers refusent désormais d’accueillir des touristes anglais. Alors que la saison estivale commence… ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle. L’autre conséquence de cette fraude sera évidemment un renchérissement du prix des voyages pour les consommateurs britanniques… Face à la menace, l’ABTA n’élude pas de porter en justice les fraudeurs … pour tirer définitivement la chasse !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY