La Wallonie demande à l’Europe la suspension de la dette de 17 millions d’euros de BSCA

La Région wallonne a notifié, ce jeudi 9 avril, à la Commission européenne une demande pour suspendre la redevance que BSCA, la société gestionnaire de l’aéroport de Charleroi, doit lui verser chaque année via la Société wallonne des aéroports (Sowaer). C’est ce qu’a annoncé, ce vendredi, le ministre wallon Jean-Luc Crucke (MR) lors d’une visite du site de Gosselies.

Le montant de la redevance est de 17 millions d’euros, à suspendre cette année afin de l’étaler sur une période d’un à six ans, a précisé le ministre sur le tarmac de l’aéroport à l’arrêt.

On se souviendra que la Commission européenne avait imposé cette redevance à BSCA pour compenser des travaux d’infrastructures partiellement payés avec des aides de la Région wallonne finalement jugées illégales au regard de la concurrence, notamment vis-à-vis de l’aéroport de Zaventem (Brussels Airport) qui s’était joint à la plainte.

Contrairement à l’aéroport de Liège, dont l’activité de fret tourne à plein régime en cette crise du coronavirus, seuls des travaux de maintenance animent actuellement le site de Charleroi. Quant aux travaux d’allongement de la piste, ils ne souffrent que de la mise à l’arrêt d’une société française.

Arrivé il y a un an à peine, le nouveau patron de BSCA, Philippe Verdonck, dit s’attendre à un manque à gagner cette année de 30 à 35 millions d’euros. Il assure que son aéroport sera prêt à redémarrer en 72 heures dès que possible, mais ne s’attend pas à une reprise des activités avant juin.

La compagnie Ryanair, qui couvre jusqu’à 77% de l’activité de l’aéroport carolo, n’a pas demandé d’aide publique car elle dispose de suffisamment de capitalisation, a fait observer Jean-Luc Crucke.

(Avec Belga)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY