La Tunisie mise sur de nouveaux produits touristiques

En Tunisie, où le couvre-feu a été instauré à 16 h — contre 13 h au Portugal par exemple, plaignons-nous ! — les conditions d’entrée pour les touristes ont été renforcées (lire par ailleurs), mais le pays n’en garde pas moins les yeux tournés vers l’avenir.

Ainsi, pour la première fois, les États Unis projettent de mobiliser à travers leur Agence USAID, entre 30 et 50 millions de dollars dans le cadre du programme « Visit Tunisia » pour le développement du tourisme durable, durant les 5 prochaines années, a annoncé Mouna Ghliss, directrice de la Coopération internationale. (photo ci-dessous)

Quelque 50,5 millions d’euros sont également, mobilisés par l’UE, la GIZ et la Coopération suisse, dans le cadre de « Tounes Wijhetouna », le programme d’appui à la diversification du Tourisme, de développement des chaînes de valeurs de l’artisanat et du design et la valorisation du patrimoine culturel, qui s’étalera de 2020 à 2024.

Il a aussi été décidé de développer le marché intérieur et les modes d’hébergement alternatif, en vue d’étaler la saison touristique, de résorber le chômage particulièrement, des jeunes et des femmes, autant d’objectifs auxquels ont souscrit les bailleurs de fonds internationaux.

A l’horizon 2023/2024, le ministère du Tourisme compte tripler le nombre de nuitées passées dans les hôtels de charme, les pensions de famille, les gîtes ruraux et les maisons d’hôtes agréés par l’ONTT, contre environ 2 millions de nuitées actuellement, précise Mouna Ghliss. Le coût de la nuitée est estimé en moyenne à 150 dinars (46 euros).

Parallèlement au développement des modes d’hébergement alternatif, les fonds mobilisés dans le cadre de la coopération internationale permettent notamment, de mettre en œuvre des nouveaux produits touristiques axés sur l’écotourisme et le tourisme culturel et durable.

La cuisine tunisienne reconnue à l'international | Pagtour

Les préparatifs sont en cours pour lancer un appel à candidature pour le développement de la route gastronomique en 2021. Ce programme se poursuivra jusqu’à 2024, pour le développement de deux autres routes thématiques disposant d’un produit du terroir phare et présentant un fort potentiel touristique, à savoir la route sportive et de plein air et le circuit culturel.

La route cinématographique, qui a été validée en octobre dernier, sera prête en juillet 2021. Elle permettra à des touristes notamment cinéphiles “de partir sur les traces de 15 sites de Tunis à Tataouine, ayant servi au tournage de films cultes, tels que le Patient anglais, Star Wars, Indiana Jones, Black Gold ou encore Life of Brian.

© Tunisie Tourisme

Des destinations seront en outre, développées dans le cadre de ce programme, dans les villes de Tunis, Tozeur, Mahdia, Le Kef et Zaghouan. Celle de Tunis comprend l’aménagement de parcours cyclable et pédestre à Carthage (les travaux ont été lancés en avril dernier), outre le réaménagement en cours du site historique et du musée de Carthage et l’amélioration de la qualité de l’accueil sur les lieux.

Grâce aux différents programmes réalisés dans le cadre de la coopération internationale, dans 5 ans le tourisme tunisien gagnera en compétitivité, mais il faut d’abord veiller à mettre en œuvre d’autres conditions notamment la promotion du transport terrestre et aérien (particulièrement l’open sky) et la digitalisation pour s’adapter aux changements que la crise Covid ne manquera pas d’apporter dans le marché touristique dans le monde…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY