La Thaïlande prévoit un nombre de touristes identique à celui de 2010

©Pixabay

Selon les premières estimations du Gouverneur du Tourism Authority of Thailand (TAT), Yuthasak Supasorn, le nombre de touristes internationaux devrait atteindre 16 millions cette année en raison de la fermeture des frontières et de la pandémie du Covid-19. TAT inclut dans cette estimation une réouverture partielle du pays au mois de mai.

Les estimations originales tablaient sur plus de 40 millions de voyageurs. Ce chiffre ramènerait le tourisme du royaume à son niveau de 2010. Cette année-là, le nombre total d’arrivées atteignait 15,85 millions.

Selon Chattan Kunjara, Vice Gouverneur Marketing International pour la zone Asie, le tourisme thaï, après la reprise, ne sera plus ce qu’il était.

« Nous devons reformuler notre développement pour favoriser un tourisme plus qualitatif que quantitatif. Cette crise est probablement une opportunité pour redéfinir nos stratégies et accompagner les responsables du secteur dans cette transformation », a-t-il décrit au cours d’un séminaire sur l’avenir du tourisme pour la région du Grand Mékong.

Reprise progressive pour AirAsia en Asie du Sud-Est

Le groupe AirAsia va progressivement reprendre ces vols à partir de la semaine prochaine. Premier groupe aérien Low Cost avec ses six filiales, il a annoncé reprendre une partie de ses lignes domestiques en Malaisie à partir du 28 avril, puis aux Philippines et en Thaïlande le 1er mai et enfin en Indonésie le 7 mai.

Vers l’Inde, après avoir annoncé reprendre ses vols début mai, la compagnie a dû cesser d’accepter des réservations suite à une injonction gouvernementale forçant toutes les compagnies indiennes à suspendre leurs vols au moins jusqu’à la fin mai. (LC, Bangkok)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. La Thaïlande a trouvé un bon truc pour garder ses touristes, c’est d’empêcher tous les vols retours: c’est très efficace, comme me le disent des confinés involontaires. Les statistiques 2020 devraient être moins mauvaises.

Répondre à Patrick Anspach Cancel reply