La Thaïlande, à son tour, ose
le tourisme expérientiel

« Il n’y a pas que les plages et les temples », osent dire les responsables du tourisme thaïlandais. Qui voudraient voir leur pays séduire les touristes par autre chose que les resorts de Pattaya et l’alibi culturel du Palais Royal de Bangkok ou du Bouddha couché.

La Thaïlande, aujourd’hui, mise (aussi) sur d’autres valeurs en invitant ses visiteurs à vivre toutes sortes d’expériences.

Le tourisme dit « expérientiel » vise à une véritable réalisation de soi, au-delà de la simple consommation d’un produit normalisé. Le concept existe depuis plus de dix ans mais est bizarrement encore peu, ou mal, exploité. L’ancien royaume de Siam relève à son tour le défi.


Une cuisine qui vaut le voyage

La cuisine thaïe, on le sait, vaut à elle seule le voyage. On vous invitera donc à déguster son « street food », dans Khao San Road à Bangkok ou dans les rues piétonnes de Phuket, ou même à bord d’un de ces bateaux à fond plat qui, côté à côté, constituent les célèbres marchés flottants.

Un « food tour » s’impose dans la capitale, pour découvrir toute la richesse d’une cuisine élevée au niveau des Beaux-Arts. Pour encore mieux s’en imprégner, on s’inscrira à l’un ou l’autre des cours de cuisine proposés.

Massage, mariage, tissagebangkok-marche-flottant

La Thaïlande est, tout de même, reconnue aussi pour la qualité de ses soins corporels. Ce sera l’occasion de tester différentes méthodes et thérapies, prodiguées même à bord de bateaux sur le fleure, des massages à quatre mains aux saunas de bambou en passant par les bains de vapeur en pleine nature.

Se marier en Thaïlande, ce sera même vivre plus qu’une expérience, agrémentée de sons et de couleurs comme, sans doute, nulle part ailleurs. Et, avant de casser des assiettes, pourquoi ne pas apprendre à en fabriquer et à les décorer ? Ou s’initier à la céramique, à la porcelaine, au tissage, au batik ou à la peinture sur soie ? Ou, dans un tout autre genre — alors là oui ! — à la boxe thaïlandaise ou, plus calmement, au maniement d’énormes cerfs-volants ou la décoration d’ombrelles ?

Toutes ces offres, qu’on retrouvera dans les différentes régions du pays, sont présentées dans une jolie petite brochure (en anglais) d’une centaine de pages, qui engage aussi à vivre autrement la plage, la montagne, mais aussi les transports et les marchés flottants.

681.000 Français, 100.000 Belges

Les Européens ne représentent toujours que 18,4 % des visiteurs de la Thaïlande, mais c’est plus de quatre fois plus que les Américains. Les Belges, eux, ont franchi en 2015 la barre des 100.000 touristes, soit 0.36 % des 30 millions de touristes, ou peu s’en faut, qu’a accueillis le pays. C’est, proportionnellement, la même chose que pour la France (681.000), mais moins que les Pays-Bas (221.000). On ne s’étonnera donc pas que peu d’efforts de promotion soient consentis sur le Plat Pays, désormais « couvert » par sa représentation à Paris. D’autant que la Thaïlande est commercialisée par plusieurs tour-opérateurs et que Thaï Airways est connue pour être une des meilleures compagnies aériennes du monde.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY