La taxe sur les billets d’avion: une question d’éthique

PagTour a reçu l’avis d’un professionnel bien connu dans le tourisme et surtout dans la croisière, Patrice Janssens. Il aborde un aspect du problème qui est rarement évoqué : celui de la perte des valeurs. Nous ne parlons pas ici des valeurs morales, mais de la valeur des choses, biens et services. Lisez plutôt.

« Le problème réside principalement au niveau du prix moyen des billets d’avion et faire 1.000 km à 4 en 1 heure coûte moins cher que de le faire en 10 heures dans une voiture diesel pourrie ! Cherchez l’erreur… »

« Le tarif proposé ne reflète plus la vraie valeur du service, ni son impact sur l’environnement ! Si le prix des billets couvre, peut-être, une partie des coûts opérationnels, ils ne couvrent nullement le coût environnemental, et ce n’est pas l’ETS qui va le couvrir. D’ailleurs, à quoi sont employés ces millions récoltés ? »

« Et oui, bien sûr, si je préfèrerai toujours aller de Bruxelles à Copenhague en avion plutôt qu’en train ou qu’en diesel pourrie… il faut au moins que cet avantage de la vitesse (je ne parle pas du confort) se retrouve dans le prix que je vais payer pour mon billet (ou pour mes 4 billets…).»

« Je ne crache certainement pas dans la soupe, parce que je sais à quel point nous avons besoin des avions pour amener nos passagers à bord de nos bateaux, surtout lorsqu’ils sont à 20.000 km d’ici…. Mais est-il normal que le vol de Paris à Miami coûte moins cher que le prix du taxi pour relier Bruxelles à CDG ? »

« Et il est aussi assez choquant de voir tous ces gens manifester pour le climat après avoir été réserver leur prochain city trip à Venise ou à Barcelone, et en postant des vidéos sur les réseaux sociaux…. (Les Data Centers sont également parmi les plus grands consommateurs d’énergie et émetteurs de CO2…). »

Avec Patrice Janssens

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY