La semaine numérique (19)

Dans une étude pour l’Institut Européen de Stratégies Créatives et d’Innovation, Marc Giget, entrepreneur expert en innovation et membre de l’Académie des technologies, démontre qu’innover a toujours réussi aux entreprises dans les périodes de sortie de crise. C’est donc bientôt…

  • Tous les hôtels et agences de voyage peuvent désormais être référencés gratuitement sur les sections dédiées aux réservations sur Google. Les utilisateurs y accèdent via com/travel, lorsqu’ils réalisent une requête contenant le mot clé « hôtel ». Dans les mois à venir, l’intégration des hôtels sera facilitée et des outils seront développés pour faciliter la gestion des prix et des disponibilités.
  • Une solution digitale pour la cuisine traditionnelle : la société Meetdworld propose aux restaurants leur vitrine en ligne, un menu QR Code pour les passants, la vente de plats à emporter et un tableau de bord pour fidéliser la nouvelle clientèle et les outils digitaux les plus « tendance ».
  • Hébergé dans un immeuble Art Déco des années 30 à Miami Beach, le premier hôtel de Kayak, composé de 52 chambres disposant d’un ensemble d’équipements technologiques, ouvrira en avril prochain. Plus qu’un hôtel, il sera un laboratoire pour Kayak, propriété de Booking Holdings, afin de tester des technologies « front-end » et « back-end ». Les voyageurs pourront aussi profiter d’un check-in et check-out dématérialisé par le biais de l’application Kayak, qui développe actuellement un logiciel à destination des hôteliers indépendants.
  • Une semaine après son dernier lancement, SpaceX vient d’envoyer 60 nouveaux satellites SpaceLink en orbite basse. C’est le 21ème lancement depuis le début du projet, et le 6ème cette année. La constellation compte à présent un millier de satellites, sur les 12.000 prévus au minimum.
  • Il sera peut-être bientôt illégal, en Inde, non seulement d’utiliser des cryptomonnaies mais aussi d’en détenir. Si ce projet de loi est adopté, il s’agira de la réglementation la plus stricte au monde en la matière. D’après le projet de loi proposé, les personnes qui possèdent des actifs numériques auront six mois pour les liquider. Les sanctions en cas de violation pourraient aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement. Derrière cette loi, il ne faut voir rien d’autre que la volonté de l’Inde de mettre en circulation une monnaie numérique de banque centrale dans les prochains mois…

A la Saint Cyrille, on ne se fait pas de bile ! A vendredi prochain, si tout va bien.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY