La semaine numérique

Le « numérique » offre sans doute les opportunités les plus intéressantes en réponse à la crise et dans la perspective de l’après-du Covid-19. PagTour vous informe désormais chaque vendredi des dernières applications… qui pourraient vous donner des idées !

Un accord secret aurait été passé entre Facebook et Google dès 2018. Ce dernier, baptisé « Jedi Blue », concerne les enchères publicitaires proposées par la firme de Mountain View à Facebook. Un accord illégal aurait permis aux deux sociétés d’asseoir leur monopole au sein de l’industrie de la publicité en ligne.

Par ailleurs, les procureurs généraux de l’Utah, de la Caroline du Nord et de New York se préparent à inculper la firme de Mountain View. D’autres États pourraient se joindre à la plainte qui devrait être déposée entre février et mars. Elle portera principalement sur le Google Play Store.

L’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a fait une déclaration de taille, affirmant qu’à partir de maintenant, les plaintes relatives à la protection de la vie privée ne devront plus nécessairement être adressées à l’autorité nationale de régulation. Voilà qui ouvre la porte à de nouvelles enquêtes, notamment sur les problématiques de confidentialité des données, au sein des différents pays de l’Union européenne.

Snapchat a présenté un nouveau format de contenus. Baptisé Spotlight, il permet aux créateurs de partager des vidéos pouvant durer jusqu’à 60 secondes, avec un large choix de musique à intégrer. En complément de cette annonce, le réseau social a ouvert une cagnotte d’un million de dollars à distribuer quotidiennement pour les meilleures vidéos publiées.

Début janvier, WhatsApp annonçait la mise en place imminente d’une nouvelle politique de confidentialité lui permettant de partager certaines données de ses utilisateurs avec sa maison-mère, Facebook. Suite à la réaction réprobatrice de ses usagers, le service de messagerie a finalement choisi de retarder son déploiement au 15 mai 2021.

L’Allemagne pourrait devenir le premier pays du monde à détenir dans ses instruments législatifs des clauses imposant des règles préventives aux acteurs du numérique. Des acteurs qui seront sélectionnés selon des critères vagues, dépendant de leur importance et de leur influence sur la concurrence sur les marchés.

L’idylle économique entre les entreprises taïwanaises et l’Empire du Milieu semble prendre fin. Le Financial Times indique dans une enquête que « plusieurs centaines de milliers » de sociétés originaires de la belle île et implantées en Chine ont quitté le pays ces derniers mois. Les divers fabricants étaient attirés autrefois par ce territoire pour ses coûts de main d’œuvre et la politique d’accueil du gouvernement.

Dans le même temps, le géant taïwanais TSMC, fondeur indépendant numéro un sur le marché du semi-conducteur, et fournisseur entre autres d’Apple mais aussi d’AMD a annoncé qu’il lèverait entre 25 et 28 milliards de dollars en 2021 afin de permettre notamment la mise au point de nouvelles techniques de gravure sur silicium, pour les prochaines générations de processeurs et d’accroitre les capacités de production déjà généreuses de TSMC, qui accepte depuis peu les commandes d’Intel, en plus de celles passées par ses autres clients.

La RATP, le groupe ADP et Choose Paris Region veulent démarrer des expérimentations avec des taxis volants dès juin 2021. Les premiers tests auront lieu à l’aérodrome de Pontoise, inauguré le 30 septembre 2020. Un appel à manifestation d’intérêt international avait été lancé le 1er octobre dernier. En tout, 150 candidatures provenant de 25 pays différents ont été reçues.  Volocopter est le premier constructeur de véhicule électrique à décollage vertical (eVTOL), à avoir été sélectionné. Mais on trouve aussi d’autres acteurs comme Airbus, avec le Vahana, ou Ehang.  L’objectif est de faire émerger tout un écosystème autour de l’aviation décarbonnée pour les Jeux Olympiques de 2024. Si les tests s’avèrent concluants, la filière de Mobilité Aérienne Urbaine pourrait bien proposer une offre commerciale à l’horizon 2030.

Douyin, la version chinoise de l’application TikTok, suit le chemin tracé par les géants Tencent avec WeChat Pay et Alibaba avec Alipay en lançant son propre e-wallet (ou portefeuille numérique). Baptisé Douyin Pay, celui-ci est d’ores et déjà intégré aux options de paiement existantes au sein du réseau social.

D’après les informations de Bloomberg, Apple serait actuellement en train d’accorder une attention toute particulière à son prochain modèle d’iMac. Celui-ci devrait avoir le droit à une refonte majeure de son design, une première depuis 2012. Deux autres nouveaux modèles d’ordinateurs de bureau seraient également au programme pour 2021.

Le 31 décembre dernier, PayPal a finalisé le rachat des 30% qui lui manquaient au capital du chinois GoPay. Si les détails de cette acquisition, et notamment ses modalités financières, n’ont pas été dévoilées par le groupe américain, ce coup de filet final permet à PayPal d’être la première firme étrangère propriétaire à 100% d’une plateforme de paiement en Chine.

Après avoir été plongés dans le noir et dans le silence pendant les jours qui ont précédé les élections, on célèbre le retour d’Internet en Ouganda depuis le 19 janvier. En revanche, les réseaux sociaux ne sont toujours pas accessibles dans le pays. 

Malgré les tensions commerciales qui ne s’affaiblissent pas entre les États-Unis et la Chine, et malgré l’avis du Pentagone et du département d’État, les entreprises américaines vont encore être en capacité d’investir dans les trois géants chinois que sont Baidu, Alibaba et Tencent, qui fête ses 10 ans d’existence et se prépare à accueillir son milliardième utilisateur…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

Répondre à Patrick Anspach Cancel reply