La santé mentale menacée par les dépenses des Fêtes ?

On vous rassure, ce n’est pas chez nous (pas encore ?) mais de l’autre côté de l’Atlantique. Ainsi, un sondage de la Banque Manuvie démontre que les Canadiens s’endettent durant les Fêtes et que, pour plusieurs, le stress financier découlant de cette période nuit à leur santé mentale. Les dépenses liées aux voyages font partie de la problématique, au même titre que l’achat de cadeaux et les dépenses liées à des réceptions.

Selon le sondage de Manuvie, pas moins des deux tiers des Canadiens prévoient dépenser pendant les Fêtes, notamment pour des cadeaux, des voyages et des réceptions. Parmi ces Canadiens :

  • 60 % n’ont pas de budget en tête pour leurs dépenses
  • parmi les 40 % qui ont un budget en tête, la moitié prévoient ne pas le respecter;
  • 60 % sont prêts à s’endetter pour effectuer des achats;
  • 50 % se sont déjà endettés pour acheter des achats.
  • 30 % affirment finir par regretter les montants dépensés pendant les Fêtes.
  • 25 % croient que le stress financier découlant de cette période nuit à leur santé mentale.

« C’est facile de perdre de vue ses objectifs financiers dans la frénésie du temps des Fêtes. Les Québécois ne sont pas différents : plus de la moitié d’entre eux sont prêts à s’endetter pour aller au restaurant ou assister à des réceptions du temps des Fêtes, et près de la moitié prennent des vacances », observe Richard Payette, président et chef de la direction, Manuvie Québec.

Même si, selon le sondage, 80 % des Canadiens trouvent que la période des Fêtes est devenue trop axée sur les dépenses, ils dépensent quand même – très souvent à crédit – et ont ensuite de la difficulté à rembourser leurs dettes.

STRESS, ANXIÉTÉ ET SANTÉ MENTALE

Or, cette situation nuit à la santé mentale : 40 % Canadiens avouent d’ailleurs ressentir du stress ou de l’anxiété à l’approche de la période des Fêtes. « Les soucis financiers sont source de stress pour bon nombre de Canadiens, et pendant les Fêtes, ce stress augmente », souligne M. Paquet.

En fait, la période des Fêtes cause donc plus de stress financier que toute autre période de l’année. Qui plus est, l’angoisse financière suscitée par les Fêtes peut se prolonger bien au-delà du Nouvel An, d’autant plus que les taux d’intérêt augmentent et que l’endettement des ménages du Canada demeure près de niveaux records.

Selon le sondage, plus de 50 % des Canadiens ressentent les effets de l’endettement tout au long de l’année. Ils estiment que la situation les empêche de faire les choses qu’ils aimeraient faire, notamment épargner en vue de la retraite. En fait, 40 % des Canadiens endettés croient même qu’ils ne pourront jamais se libérer de leurs dettes!

UN PEU DE PLANIFICATION…

« Même les gens qui dépensent le moins peuvent se sentir accablés au cours de la période des Fêtes, mais un peu de planification peut aider grandement. Faire le suivi de ses dépenses, penser à ce qui est atteignable et nécessaire, tout en trouvant des façons de passer plus de temps avec la famille et les amis, et de réduire les dépenses permet d’évacuer du stress ainsi que d’alléger le fardeau de la dette », conclut Richard Payette, en suggérant que « travailler avec un conseiller indépendant est un bon point de départ ».

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY