La révolte gronde

Le problème n’est pas tant d’être pour ou contre les mesures restrictives imposées par nos gouvernements, c’est seulement un problème de crédibilité. Les mesures prises sont différentes d’un pays à l’autre, l’Europe étant incapable de prendre le gouvernail en main ; les frontières sont donc rétablies dans l’Union !

On peut aller chez le coiffeur en France, mais pas en Belgique. Pourtant, il n’y a jamais foule dans un salon de coiffure, et la première chose que l’on vous fait, c’est vous laver les cheveux ! Or, on nous le répète sans cesse, le virus ne tient pas face au savon. Question quasiment philologique : le shampooing est-il un savon ? Voici un premier exemple de perte totale de crédibilité.

Un deuxième exemple : les activités en extérieur. Elles sont encouragées : promenez-vous, courez, prenez l’air, aérez-vous. Mais ne faites pas de ski, vos embrassades en bas de la piste sont bien trop dangereuses ! Et puis à deux dans un télésiège, vous imaginez le risque ? En revanche, prenez le tram, le bus, le train, puisqu’il devient impossible d’aller à Bruxelles en voiture.

Et les voyages ?

On cloue les voyages en avion au pilori, alors qu’il a été démontré que l’avion est quasi aussi sûr qu’une chambre d’hôpital : c’est le seul moyen de transport dont l’air est renouvelé toutes les 3 minutes, et où les passagers, comme dans un télésiège, ne se font pas face.

On va diffuser largement une photo d’une aérogare bondée au premier jour des vacances, en hurlant de nouveau sur l’irresponsabilité des « vacanciers ».

Il est évident que ces personnes présentes à Charleroi font partie pour la plupart du segment « ethnique » : des personnes qui désiraient rentrer en famille pour les Fêtes de fin d’année. La preuve : elles ne sont pas passées par une agence de voyages, cela se saurait ! Mais cela n’a jamais été dit, au contraire : on a crié de nouveau sur l’irresponsabilité des « vacanciers » !

Et puis on diffuse des chiffres :

-40% des contaminations se passent sur le lieu de travail ! Or un vacancier est par définition quelqu’un qui n’est PAS sur son lieu de travail !!

-20% des contaminations s’attrapent dans les Maisons de repos ; encore un endroit où les vacanciers ne sont pas nombreux.

Étrange, on ne diffuse pas le chiffre pourtant officiel : 3 à 4% des cas positifs sont dus à des personnes revenant de voyage. On dit bien « des personnes », et donc pas nécessairement des vacanciers. Et 96 à 97% des cas ont une autre cause (mais les trams…).

En résumé…

Ce qu’il faut retenir de cette brève analyse, c’est que nos dirigeants, à bout d’arguments mais ne voulant à aucun prix perdre la face, s’obstinent à prendre des mesures fussent-elles absurdes, tout en cachant bien des évidences énormes telles que les transports en commun.

De ce fait, nos gouvernants ont perdu toute crédibilité, et en conséquence, tout ce qu’ils peuvent déclarer sera systématiquement mis en doute, voire même réfuté et finalement repoussé.

On en est encore une fois à la lutte entre le secteur marchand et le secteur non-marchand. Celui-ci travaille beaucoup dans le domaine de la santé, c’est vrai. Mais il est payé. Le secteur marchand souffre terriblement, et si les employés bénéficient du chômage, ce n’est pas le cas pour les centaines de milliers d’indépendants, vous savez : ceux qui par leurs taxes contribuent à payer le non-marchand, et qui arrivent tout au bout de leurs réserves. Après, ce sera la rue.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. J’ai encore une réflexion.

    Les personnes rentrant de l’étranger, doivent se faire tester 2x et observer une quarantaine.

    A ma connaissance, des personnes se faisant surprendre participant à une grande fête clandestine reçoivent un PV de 250 euro, mais ne doivent pas se faire tester et s’isoler… Alors que ces personnes là ont clairement pris des risques… Alors que ceux ayant voyagé, n’ont probablement pas pris de risques…

Répondre à David Ullens Cancel reply