La Norvège ne veut plus de «sales» navires dans ses fjords

On sait les pays nordiques très attentifs à l’environnement : la Norvège vient de prendre des mesures draconiennes afin de limiter la circulation des navires de croisières dans ses fjords, dont certains sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ainsi, les navires de croisière au fioul lourd ne pourront plus circuler dans les fjords, rapporte la chaîne d’information norvégienne NRK.

Diverses mesures sont donc désormais en vigueur et doivent être progressivement renforcées. Plus précisément, les règlements suivants devront être appliquées :

  • la valeur autorisée pour les oxydes d’azote doit être progressivement réduite
  • les navires de croisière ne seront pas autorisés à utiliser des systèmes ouverts de purification des gaz d’échappement
  • aucun déchet ne peut être incinéré à bord des navires et les eaux usées ne peuvent être déversées dans les fjords.

Ces exigences seront progressivement resserrées à partir de l’année prochaine et jusqu’en 2025. A partir de 2026, les navires alimentés au mazout lourd ne seront plus autorisés à pénétrer dans les fjords. Cette année-là également, seuls les navires propulsés à l’électricité ou à l’hydrogène seront autorisés dans le port de Bergen.

Tui et Aida les plus touchées

Aida et Tui Cruises, qui opèrent encore de « vieux » bateaux, seraient les plus touchées par des règles plus strictes. Aida a dix croisières avec escale à Geiranger, Tui Cruises en a dix, et deux croisières « Mein Schiff » à Flåm sur le Nærøyfjord.

La Norvège deviendra-t-elle moins attrayante pour les croisières ? D’aucuns craignent que les compagnies de croisières n’abandonnent complètement le pays en raison d’exigences plus strictes. D’autres estiment qu’elles se contenteront de simplement naviguer vers des villes norvégiennes situées en dehors des fjords ayant le statut de patrimoine mondial.

Toute symbolique qu’elles soient — la croisière ne représente que 0,13 % des émissions mondiales totales de CO2 — les mesures décidées par la Norvège pourraient encourager les compagnies de croisière à moderniser leurs équipements et à ne plus mettre en service que des navires propulsés au gaz naturel léger, par exemple. C’est le cas notamment de MSC, à la pointe de la technologie et de plus en plus suivie par ses concurrents et néanmoins confrères.

L’association des opérateurs de croisières, la CLIA, s’engage pour sa part (lire par ailleurs sa réaction) à un avenir « zéro émission », à l’instar de l’ensemble du secteur maritime.

[Source : Reisereporter.de]

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY