La moitié des compagnies aériennes condamnée d’ici 3 ans?

©airportspotting.com

Lorsqu’il s’agit de faire des prédictions, il faut généralement rester très prudent. Pourtant, la situation a de quoi préoccuper. Cette année, plus de 40 compagnies aériennes auraient déjà fait faillite, dont la moitié en Europe. Actuellement, cela représente plus de 10% des 290 compagnies approuvées par IATA qui ont cessé leur activité en moins d’une année. Rien qu’en France, le trafic international aérien a perdu 88%.

Mais la crise a également accentué la question environnementale pour beaucoup de voyageurs, avec l’essor du télétravail et les rencontres vidéo. Toutes ces changements d’habitude pourraient avoir des effets sur le long terme. Aussi, le trafic aérien pourrait ne jamais retrouver son état d’avant la crise. Si la situation ne venait pas à s’améliorer, 50% des compagnies aériennes pourraient faire faillite d’ici trois ans.

Une situation qui profite au train

La question qui pourrait se poser pour de nombreux distributeurs et revendeurs est de savoir comment s’adapter. Le comparateur américain Kayak a récemment choisi d’ajouter le train et le bus à son offre, grâce à la start-up française Kombo.

En octobre dernier, Matthieu Marquenet, co-fondateur et CEO de Kombo, déclarait au portail startup.info: « Le Covid-19 a été un gros challenge pour nous. Les ventes se sont arrêtées, net. Et en même temps, il fallait qu’on continue à innover, et c’est ce que nous avons fait.»

Il relève que la pandémie a accéléré les transformations qui étaient en cours: plus de télétravail, plus de télémédecine, plus de vélos et moins de voitures en ville, plus de trains et moins d’avions entre les villes. «On avait la chance d’être sur un business porteur avec les billets de train. Nous en avons profité pour ajouter des compagnies de train, ou encore améliorer la simplicité du site pour le client. Au final, les ventes ont augmenté de 100% en moins d’un an ! »

(CD)



Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY