La Grèce, hors des sentiers battus (2)

La mosquée de Fethiye construite en 1430 domine le Kastro de Ioannina

Lors d’un séminaire web organisé fin septembre qui se posait des questions sur le tourisme de demain en s’appuyant sur le cas de la Grèce, diverses conclusions autour d’un modèle de développement durable ont été tirées et certaines destinations ont été mises en avant car elles permettent d’offrir des vacances culturelles mais aussi plus vertes. Seconde étape en 2 épisodes en Epire dans le nord de la Grèce, hors des sentiers battus.

Une autre Grèce se révèle, verdoyante, orientale et méconnue. Capitale provinciale et ville estudiantine, c’est ici que bat le cœur de l’Épire, au bord d’un lac paisible où se mirent les montagnes toutes proches. Jadis carrefour commercial entre l’Italie, la Russie et l’empire ottoman, elle a brassé les cultures et nourri des légendes qui se racontent encore dans son architecture.

La ville de Ioannina abonde en mythes qui semblent surgir de la brume légère qui chaque matin à l’aube enveloppe le lac Pamvotis à moins qu’ils ne naissent à l’horizon quand, à la tombée du jour, on se laisse prendre au charme incomparable de cette étendue lacustre bleu acier bordée de roseaux où flotte un îlot noyé de verdure et de mystère.

La ville de Ioannina a conservé outre sa citadelle de nombreux remparts qui ont été restaurés par Ali Pacha au début du 19ème siècle

Une histoire turbulente

Les Anciens considéraient l’Epire comme extérieure à la Grèce et pourtant elle a été habitée par les Hellènes. La preuve en est avec le site de Dodone, siège d’un oracle consulté dès le 2ème millénaire avant notre ère et connu bien avant que celui de Delphes ne s’impose.

La réponse des dieux se manifestait dans le bruissement du vent dans les feuillages d’un chêne sacré. Du temple érigé en son honneur, il ne reste que quelques fondations. Entre les colonnes qui gisent sur le sol et les ruines des temples, l’imagination se laisse emporter pour vagabonder à l’époque où l’oracle de Zeus guidait Ulysse sur le chemin d’Ithaque.

Le théâtre du site de Dodone était jadis le lieu de jeux sportifs, musicaux et théâtraux en l’honneur de Zeus. Aujourd’hui des spectacles y ont lieu en été.

Blottie derrière les montagnes, l’Epire reste à l’écart des grands événements jusqu’à l’apparition du despotat né au moment de l’éclatement de l’empire byzantin. D’un assassinat à l’autre, une dizaine de dictateurs affamés de pouvoirs vont se succéder sur le trône jusqu’à ce que les Turcs s’emparent de la région. Durant quatre siècles, l’empire ottoman imprime sa marque sur l’Epire qui connaît une belle prospérité économique comme carrefour commercial entre le Sud et le Nord, vers l’Europe et la Russie tsariste.

Sous la domination ottomane, Ioannina se développe derrière les remparts de sa citadelle, elle érige des mosquées, ses écoles de peinture religieuse sont réputées et elle devient un important centre d’art et d’orfèvrerie.

L’incontournable promenade au bord du lac Pamvotis à Ioannina

Qu’il s’agisse de joaillerie, de l’art de la table ou d’objets religieux de haute facture, les artisans de Ioannina ont été célébrés dans toute la région des Balkans pour la finesse et la pureté de l’argenterie qu’ils cisèlent. Encore aujourd’hui, les venelles de la cité abritent de nombreuses échoppes où on peut découvrir de jeunes créateurs qui martèlent et taillent des bijoux en argent.

Le lion de Ioannina

Ali Pacha, un aventurier venu d’Albanie parvient à se faire nommer pacha de Ioannina et il va y étendre son prestige d’une main de fer. Soucieux de se libérer de la domination ottomane, il organise sa ville sur le modèle des capitales européennes et la dote même d’un centre universitaire.

A Ioannina court une expression fameuse : « vivre comme un pacha à Ioannina » et il est vrai que la vie y est douce entre une délicieuse gastronomie locale, du vin aromatisé aux herbes et des venelles qui invitent à la flânerie.

En rébellion ouverte avec le sultan, il se retranche sur l’île de Nissi où il est vaincu et décapité en 1822. Le souffle d’indépendance lancé par Ali Pacha ne s’éteindra plus mais l’Epire devra attendre encore plusieurs années avant de signer l’intégration au royaume grec en 1913 au terme de la guerre des Balkans.

Quand on pénètre derrière les hauts remparts qui cernent le kastro, on est surpris par le silence qui y règne à peine troublé par le chant des oiseaux et les bavardages des habitants attablés sous un vieux platane. Si Ioannina est une petite métropole dynamique, ici règne une paisible ambiance de village au cœur du lacis de ruelles pavées bordées d’anciennes maisons basses de style ottoman à encorbellements de bois.

C’est dans l’enceinte du monastère de Panteleimonas qu’on peut découvrir la maison où Ali Pacha fut tué par les Turcs.

Elles mènent vers la citadelle intérieure qui abritait le somptueux palais d’Ali Pacha. S’il ne reste rien du sérail où il vivait avec son harem ni des salles d’audience d’où il orchestrait tortures et exécutions, l’acropole actuelle semble encore hantée par les souvenirs tragiques de son règne cruel.

Assis sur la margelle de l’enceinte qui surplombe le lac, on ne peut que se souvenir de la jeune femme que viola Ali Pacha et qu’il jeta ensuite dans le lac avec 17 autres compagnes enfermées dans des sacs lestés pour que personne ne puisse témoigner de son forfait.

L’île de Nissi est un minuscule royaume byzantin au milieu du lac Pamvotis.

L’île de Nissi a tout d’un éden bucolique, isolé de l’agitation du monde moderne. Un petit port habité par les cygnes et les canards qui ondulent entre les barques de pêcheurs, quelques tavernes qui longent le débarcadère et au-delà, un minuscule hameau aux maisons couvertes de toits de lauze.

Plusieurs monastères byzantins couronnent la butte de l’île mais le plus intéressant est Agios Panteleimonas où Ali Pacha fut assassiné. Transformé en musée, il présente une collection d’objets ayant appartenu au pacha.

Le charme de l’île de Nissi tient à son lac d’eau douce envahi par des bouquets de roseaux et à ses murets de pierre sèche recouverts de filets de pêche qui sèchent au soleil.

Au retour, le charme est toujours au rendez-vous car la courte croisière sur le lac découpe des paysages carte-postales, que ce soit sur l’îlot noyé de roseaux ou sur la lourde enceinte de Ioannina surmontée de minarets ou encore sur l’enfilade des arbres qui longent la promenade autour du lac en penchant leur feuillage jusque dans les eaux.

(à suivre)

Texte : Christiane Goor Photos : Charles Mahaux

A lire ou relire : La Grèce hors des sentiers battus (1)


Infos pratiques

Infos. Un site incontournable: www.visitgreece.gr.

Quand y aller ? L’Epire est une destination toute saison contrairement à la plupart des sites de vacances grecs. Neige en hiver avec même un domaine skiable à Metsovo, paysages flamboyants en automne, pas de fortes chaleurs en été grâce à l’altitude et paradis fleuri des randonneurs dès le printemps. Toutefois pour mieux rejoindre le début des itinéraires de marche, la voiture reste utile d’autant que les routes sont très bonnes et les distances courtes.

Y aller. En été le plus rapide est de passer par Corfou via les low cost de vacances. Y louer une voiture, prendre le ferry vers Igoumenitsa, en Epire. 2 heures de traversée paisible. Il faut compter ensuite une heure de voiture pour joindre Ioannina, autant pour joindre Bourazani et 20 minutes en plus vers les villages des Zagoria. En dehors de l’été, il faut passer par Thessalonique, en Macédoine. Il faut alors compter deux bonnes heures de route pour franchir quelque 250 km.

Se loger : A Ioannina, l’hôtel du Lac comme son nom l’indique s’allonge au cœur d’un parc fleuri face au lac Pamvotis. Pour un peu on se croirait en Suisse : élégance du décor, qualité du service et de la table, quiétude des lieux. www.hoteldulac.gr.

La gastronomie : Elle se veut simple mais savoureuse, à base des produits de la région : des légumes frais, de l’agneau, du poisson, des yaourts onctueux arrosés de miel, des pitas maison, des fruits confits au sirop, des risottos aux fruits de mer, aux champignons sauvages ou aux tomates séchées… Les vignobles de Zitsa s’épanouissent sur les flancs ensoleillés du Pinde autour de Ioannina. A retenir le domaine Glinavos www.glinavos.gr et son demi-siècle d’expériences et de traditions. Dans la montagne, on apprécie le tsipouro, un alcool fort réalisé en distillant le jus de raisin dans des petits alambics au cœur même des communautés villageoises.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY