La France veut bâtir une plateforme de réservation d’hébergements. Une bonne idée ?

Dans les aides attribuées au secteur du tourisme, l’état français a lancé l’idée de créer une OTA capable de concurrencer Airbnb ou Booking. Faut-il croire dans le succès d’une telle entreprise ?

Un projet pour retrouver une certaine indépendance

La France a lancé un grand plan d’aide à un secteur sinistré. Parmi les aides, le gouvernement a annoncé vouloir accélérer sur le digital en proposant une plateforme unique à destination des touristes du monde entier.

Un des bras financiers de l’état, la Caisse des Dépôts, a été chargé de proposer une plateforme afin d’apporter une offre concurrente à celle des acteurs américains. Comme l’indique son directeur général, Eric Lombard : « il faut qu’on se réapproprie le lien avec le client ».

N’est-il pas trop tard pour se lancer dans une telle aventure ?

Aujourd’hui, il est clair que les plateformes de réservation américaines détiennent une part de marché considérable. Booking aurait une part de marché de l’ordre de 49% et celle d’Expedia de 20%. Airbnb est prépondérant sur la location de vacances.

Il est également intéressant de voir que leboncoin, propriété d’un groupe norvégien a racheté Locasun en 2019.

Il faut préciser qu’Expedia avait racheté Abritel via HomeAway. Ces entreprises ont mis des années à se faire connaître dans le monde entier.

Elles dépensent des milliards d’euros, notamment sur Google, pour leur référencement. On peut se poser des questions sur les moyens dont pourrait disposer une agence online concurrente !

Curieusement Accor développe également une nouvelle plateforme

Le groupe hôtelier s’est associé à Sabre (GDS américain) afin de développer une nouvelle plateforme technologique dédiée à l’hôtellerie. Les deux groupes ont l’objectif de mettre à disposition cette plateforme à tous les hôteliers. On se souvient que le groupe hôtelier avait déjà tenté d’offrir ce service. Ce fut un échec.

L’utilisation de la blockchain pourrait être une solution ?

Plusieurs acteurs réfléchissent à une proposition de réservation en utilisant la technologie « blockchain ». Une société française (CDS Group) est déjà opérationnelle. Il s’agit de BTU Protocol. Elle permet aux fournisseurs de service de se mettre en relation directement avec le consommateur et ainsi réduire le nombre d’intermédiaires.

C’est d’ailleurs la technologie utilisée pour le Bitcoin. L’avenir de la réservation pourra venir de nouveaux systèmes permettant aux hôteliers, par exemple, de commercialiser leurs produits, en réduisant le coût de distribution.

On le sait, l’état n’est pas toujours le meilleur actionnaire. Qu’on donne les moyens à des entreprises innovantes d’émerger. Pour le moment, on a beaucoup de mal à croire dans l’aventure du gouvernement français.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

2 COMMENTS

Répondre à simon Cancel reply