Les compagnies aériennes ont connu une nouvelle année fructueuse en 2017. La demande de passagers a grimpé dans presque toutes les régions du monde. L’année dernière est exceptionnelle dans la sécurité aérienne. Malgré une année plutôt réussie, PagTour a voulu relever des moments importants, voire parfois pénibles.

Faillite de Monarch et Air Berlin

En octobre, deux compagnies aériennes européennes ont cessé leurs activités. Monarch au Royaume-Uni a dû cesser ses liaisons aériennes. Plusieurs compagnies aériennes veulent racheter les slots sur Londres. Air Berlin lâchée par Etihad a dû déposer une demande d’insolvabilité devant les tribunaux allemands le 15 août 2017.

Lufthansa et EasyJet se seront partager le gâteau. Hormis Niki qui aura été avalée par IAG. Alitalia, qui a également fait l’objet d’une procédure d’insolvabilité au début de l’année 2017, continue de voler. On ne connait pas pour le moment le ou les repreneurs éventuels.

L’administration américaine en plein délire sécuritaire

©Esta Registration

L’administration Trump avait interdit l’entrée pendant 90 jours des citoyens de pays à majorité musulmane, dont l’Irak, la Syrie, l’Iran, la Somalie, le Soudan et le Yémen. Cette décision avait été contestée par un juge américain.

En mars 2017, c’est le « Department of Homeland Security » qui prend la décision d’interdire les smartphones et les tablettes dans les cabines des vols en provenance de huit pays à majorité musulmane, dont l’Égypte, la Jordanie, le Qatar, le Koweït, le Maroc, les Emirats Arabes Unis et la Turquie. Le Royaume-Uni avait mis en place des mesures similaires. Les spécialistes de l’aéronautique avaient jugé cette procédure inefficace. L’ordre a été annulé quelques mois après.

Qatar Airways doit surmonter l’isolement de l’émirat

Plusieurs pays ont décidé de rompre leurs liens avec le Qatar soupçonné de financer le terrorisme. Ce sont principalement ses voisins comme l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis mais également l’Egypte, Bahreïn, les Maldives, la Libye et le Yémen qui suivent le mouvement. Néanmoins, le pays a des alliés solides comme la Turquie, le Maroc et l’Iran.

De son côté, la compagnie Qatar Airways a été obligée d’interrompre ses liaisons aériennes avec ces pays. La compagnie aérienne qatarie, qui aurait pu être durement touchée, a réagi en élargissant le nombre de ses escales, en augmentant le nombre de ses avions. La compagnie s’est même renforcée dans le fret afin de trouver des sources alternatives pour approvisionner en nourriture le petit émirat.

Des prises de participations financières parfois surprenantes

China Eastern et Delta prennent chacune une participation de 10% dans Air France-KLM qui, à son tour, prend une participation de 31% dans Virgin Atlantic. Cette dernière rejoint l’accord lucratif de joint-venture existant actuellement entre Air France-KLM, Delta et Alitalia sur les vols transatlantiques.

American Airlines a acheté une très petite participation dans China Southern Airlines et a repoussé l’offre de Qatar Airways qui voulait prendre une participation de 10% dans American. Le Qatar s’est tout de même payer une petite participation dans Cathay Pacific.

Grand duel au-dessus de l’Atlantique

Les compagnies « low-cost » se sont lancé à l’assaut des Etats-Unis. Norwegian Air International, a lancé ses vols vers plusieurs villes nord-américaines au départ de Cork, Belfast, Shannon, Dublin, Edimbourg et même de Paris. WOW Air a lancé Miami, Chicago O’Hare et Pittsburgh.

Icelandair a lancé Philadelphie et Tampa. On a dû en oublier. Mais avec toutes ces offres les compagnies (dites régulières) ont créé ou étendu leur produit « Basic Economy ». Elles font payer pour la réservation du siège et le bagage enregistré.

Les compagnies low-cost s’attaquent également aux long-courriers

La compagnie aérienne Level (groupe IAG) annonce vouloir lancer quatre nouvelles liaisons vers Montréal, New York, la Guadeloupe et la Martinique, avec des allers simples à partir de 99 € au départ de Paris. Mais si nous regardons du coté de l’Asie, deux « low-cost » long-courriers viennent d’ajouter un continent à leur réseau.

Scoot, la filiale low-cost de Singapore Airlines a mis en place une ligne sans escale reliant Singapour à Athènes.

Elle prévoit d’ajouter d’autres escales dont Berlin cette année. AirAsia X établit une liaison entre Kuala Lumpur et Honolulu via Osaka. Elles n’ont pas fini de nous surprendre.

La retraite du 747 et peut-être la fin de l’A380

En 1970, l’arrivée du Boeing 747 avait révolutionné le transport aérien. Cet avion avec son pont supérieur offre alors environ 350 sièges. Delta Air Lines a été la dernière compagnie aérienne américaine à faire voler cet appareil mythique en décembre dernier.

On aurait pu croire que l’Airbus A380 aurait pu prendre le relais. Malheureusement, il est fort probable qu’Airbus arrête définitivement les frais faute de commandes.

Le faux pas de Ryanair

Ryanair a dû annuler des milliers de vols sur des dizaines de lignes entre novembre 2017 et mars 2018, touchant au moins 700 000 passagers ayant réservé des billets sur ces vols. Les annulations seraient le résultat d’une erreur sur la gestion du temps de travail des équipages.

Michael O’Leary a dû faire appel à un ancien qui s’occupait auparavant des équipages. Peter Bellew a dû être heureux de quitter son poste de patron de Malaysia Airlines pour aider à régler le problème de cette pénurie de pilotes et surtout l’arrivée des syndicats chez Ryanair. Une première pour cette grande compagnie low-cost !

Les pannes incroyables des compagnies et des aéroports

Delta a souffert d’une crise informatique en avril 2017 qui a duré plusieurs jours. British Airways a subi également d’une panne en Juin et qui a également fait des ravages à travers le monde. On reste surpris que les plus grandes compagnies aériennes rencontrent des pannes techniques dans certains des plus grands hubs mondiaux, comme Londres Heathrow ou Atlanta.

En juillet dernier, une panne du système de tri des bagages à l’aéroport de Genève avait généré des retards pour des milliers de passagers.

Un mois plus tôt, l’aéroport de Bruxelles-Zaventem subissait une panne de courant, qui avait également provoqué des reports de vols pour des milliers de passagers. Fin Septembre, un bug informatique empêche l’enregistrement des voyageurs.

La faute au système Altéa (groupe Amadeus) utilisé par pas moins de 125 compagnies aériennes. Le système sert notamment à gérer les formalités de départ des passagers. Plusieurs aéroports ont été touchés dont Roissy CDG, Singapour, Londres…

On aurait pu en rajouter mais si vous avez un autre évènement important en tête, n’hésitez pas à l’ajouter en commentaire !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Petite nuance pour le 747: c’est bien aux Etats Unis que c’est fini. Pas en Europe et en Asie.
    KLM en a encore 17 et Lufthansa pas moins de 32 !
    Sur les 32 de Lufthansa, il y a 13 747-400 livrés entre 1996 et 2002, mais surtout 19 unités de la dernière version 747-800I livrés entre 2012 et 2015. Ceux-ci voleront donc encore de nombreuses années !
    Le 747-800I est également en service chez Korean Air (10), Air China (7) et 8 unités volent en aménagement VIP. Pour finir, 2 unités sont en cours d’aménagement pour devenir les futurs Air Force One, afin de remplacer les deux Air Force One actuels, agés d’environ trente ans.

LEAVE A REPLY