La croisière ne s ‘amuse pas toujours

Agences de voyage, TO, touristes… nous avons tous des histoires à raconter. Forte de plus de 10 mois passés en mer, notre informatrice s’est fendue de quelques anecdotes. Voici son récit qui réserve quelques pépites.

Les morts, c’est trois chambres froides

Chez Costa, deux médecins et trois infirmières sont consacrés aux bobos. Dans ces navires de la taille d’un gros village, il arrive naturellement que certains vivent la mort en mer.

Pour éviter d’avoir a balancer les décédés par-dessus bord, des chambres froides sont installées dans les cales des bateaux. Statistiquement, les concepteurs de navires ont estimé que trois rectangles étaient suffisants.

Cependant, notre informatrice nous a parlé d’une croisière où les morts avaient explosé les prévisions statistiques. En attendant de rallier une escale imprévue pour pallier au problème, les macchabées ont été placés dans un … frigo alimentaire. Des expériences marquantes!

Il est en effet particulier de sortir une personne décédée du trône noir d’où elle s’est éteinte. Les cabines exiguës n’aident pas à la chose. Porter assistance dans une langue peu ou mal connue est une action marketing de premier ordre. On imagine cependant que la famille ne renouvellera plus l’expérience.

CL_WOM_BR_Rail_OutstretchedSilhouette-400x250Passer par dessus-bord : une expérience du 4e âge

Le personnel navigant est parfois confronté à des questions délicates. Parmi celles-ci, l’inquiétude de certaines femmes. Ces dernières recherchent leurs maris. Depuis la nuit passée, leur compagnon n’est pas rentré en cabine. C’est particulièrement stressant car Monsieur n’a plus délogé depuis ses quarante ans.

Si les croisières en couple ont le vent en poupe, il semblerait que la mort ait également décidé de s’inviter à bord. C’est grâce aux caméras de surveillance que Costa a retrouvé le lieu de disparition de Joseph, Gunter ou encore Charles-Edouard.

Ces derniers avaient décidé de vivre l’expérience du Titanic… mais sans les icebergs. C’est donc au fond de la grande bleue qu’ils ont souhaité terminer leur croisière. Le grand plongeon à 72 mètres des vagues. Un choix parmi d’autres.

indexCarnival : le champagne pour une plainte

Si le groupe américain est confronté à des problèmes de fin de vie, il en est un qui rend la croisière intéressante pour les passagers. Chez Costa, toute plainte est sévèrement punie par … une bouteille de champagne.

De façon rédhibitoire, les passagers sont remerciés de « leur aide à plus de qualité » par quelques bulles. Certains clients (Hollandais) auraient même décidé de transformer cette amabilité commerciale en habitude de consommation récurrente. Pour un verre renversé ou une chaise pas assez longue sur le pont, ces derniers viendraient chercher leur apéritif à l’heure des repas.

Suite (et pas fin) d’une petite action croisiéro-satirique. Vous lisez Pagtour que diable!

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY