La croisière en mer Baltique, un must de All Ways (1/2)

La ville de Stockholm regorge de points de vue à ne pas manquer comme depuis l’emblématique couronne du pont Skeppsholmsbron pour avoir une vue sublime sur la vieille ville.

La saison 2021 se place pour All Ways sous le signe du renouveau à plus d’un titre même si comme chaque été, l’embarquement se fait au départ de Zeebruges pour le plus grand confort des passagers belges. Nouveau départ au lendemain de la pandémie, nouveau paquebot construit en 2019 au Portugal.

Un navire à taille humaine avec 98 cabines toutes extérieures à même de pouvoir se glisser dans des fjords plus étroits et accoster dans des ports plus reculés. Le 1er mai une croisière vous emmènera pour une dizaine de jours à la découverte de quelques capitales scandinaves et balte avant d’amarrer pour 2 nuits à St-Pétersbourg. Embarcation immédiate au fil de nos souvenirs !

Magie de Saint-Pétersbourg découverte à l’aube : sur la Neva, chaque nuit, les ponts se lèvent durant quelques heures pour permettre le passage des péniches et autres bateaux.

Quand on choisit de consacrer autant de jours pour découvrir les capitales baltiques, on ne sait trop si la croisière sera trop longue, voire même répétitive et peut-être lassante d’autant que le Nord n’évoque jamais le farniente du Sud. Expérience faite, on ne voit pas passer le temps et d’une escale à l’autre, les coups de cœur se multiplient sous une lumière souvent radieuse…

Le tempo des escales

Une journée en mer, deux ou trois escales plus tard, le temps a déjà perdu toute sa dimension, il semble s’étirer jusqu’à se diluer dans l’ambiance nonchalante de la vie à bord, uniquement scandée par les escales et les visites choisies ou privées.

Le port d’Oslo se trouve au fond d’un fjord pénétrant sur une vingtaine de kilomètres à l’intérieur des terres.

Le dépaysement est à chaque fois au rendez-vous entre le paradis vert de Oslo enchâssé dans un fjord, l’ambiance décontractée de Copenhague où tout est organisé pour les piétons et les cyclistes, la situation unique de Stockholm enchâssée sur 14 îles, le charme médiéval des villes hanséatiques ou encore la beauté architecturale des somptueux palais de Saint-Pétersbourg.

Un lien indissoluble unit toutes ces destinations : une identité commune forgée au fil des siècles entre des pays dont la vocation maritime est indéniable.

Le Diamant Noir achevé en 1999 à Copenhague et conçu en granit noir poli a des allures de boîte irrégulière pour abriter la plus importante bibliothèque de toute la Scandinavie.

C’est aussi l’occasion d’apprécier la taille humaine de notre paquebot qui ne déverse pas sur les quais des milliers de passagers comme c’est le cas avec d’autres vaisseaux qui apparaissent comme des villes flottantes à côté de notre navire intimiste.

Première étape, Oslo, une capitale jeune, verte, en pleine expansion. En 10 ans la population a augmenté de 21% mais les 640.000 habitants se partagent une ville cinq fois plus grande que Paris.

Se balader le long de la promenade du port d’Oslo c’est s’offrir une aventure urbaine entre architecture, art et expériences culinaires sans oublier des coins de verdure et des espaces de détente.

Les espaces verts sont légion, les statues parfois monumentales, souvent audacieuses rythment la balade et servent de fil conducteur entre le cœur historique d’où émergent les tours carrées de l’hôtel de ville, symbole du prix Nobel de la Paix, et le nouvel aménagement du port dont la figure de proue est sans conteste l’opéra de marbre blanc qui semble plonger dans le fjord comme une langue glaciaire.

La célèbre Petite Sirène d’Andersen à Copenhague.

A Copenhague, les bateaux s’amarrent non loin de la Petite Sirène qui est ici ce que la Tour Eiffel est à Paris. La ville aux dimensions modestes n’en est pas moins dynamique.

Si le centre n’a guère changé avec ses terrasses branchées sur le port de Nyhavn, la Tour ronde du quartier latin et le style royal de Christianborg, il n’en est pas de même ailleurs où les bâtiments historiques sont accouplés avec des édifices modernes souvent avant-gardistes.

Incontournable, le superbe Diamant Noir, cube en granit aux lignes biseautées, est une extension surprenante de la bibliothèque nationale. La cité libre de Christiana, ultime bastion de l’époque Peace&Love, a tout d’un capharnaüm bariolé qui attire les visiteurs.

Le détour par le quartier autogéré de Christiana situé au cœur de Copenhague vaut le détour pour sa florescence de fresques murales.

Rien de tel que la bicyclette, gratuite pour les touristes, pour découvrir cette ville qui compte plus de vélos que d’habitants ! Incontournable, le superbe Diamant Noir, cube en granit aux lignes biseautées, est une extension surprenante de la bibliothèque nationale.

L’incontournable vieux port de Nyhavn à Copenhague.

Depuis le bateau ancré dans la baie car la rade n’est pas assez profonde, Visby attire le regard avec la splendeur de ses murailles jalonnées de 27 bastions qui veillent sur la vieille cité médiévale, sillonnée de ruelles pavées. Les maisons basses, chapeautées de tuiles rouges, sont bordées de superbes rosiers au parfum entêtant.

Visby a conservé ses remparts hanséatiques qui enferment toute la vieille ville.

Arpenter la ville, c’est découvrir ses boutiques d’artisanat et ses ateliers d’artistes, ses places bavardes et son jardin botanique sans oublier les ruines de ses 16 églises détruites en 1525 par le pouvoir de Lübeck et curieusement parfaitement intégrées dans le paysage urbanistique de Visby qui mérite bien le surnom de « Ville des roses et des ruines ».

Le paysage urbain de Visby comprend un nombre important de bâtiments architecturaux et de structures datant du 13ème siècle. Pas étonnant qu’elle a été classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1995.

Allongée sur un site enchanteur à cheval sur 14 îles, Stockholm est une fille de la mer Baltique.

Avec ses maisons colorées à pignon hanséatique et ses ruelles piétonnes, avec son château royal qui compte plus de chambres que Versailles, avec sa belle avenue de la plage qui a des allures haussmanniennes, avec ses espaces verts et son Ekopark urbain où vivent des centaines d’oiseaux et d’insectes, avec ses nombreuses marinas où l’on devine que chaque Suédois célèbre joyeusement l’été, tout invite à la flânerie.

Depuis l’ile de Djurgården on découvre un panorama imprenable sur la ville et les paquebots amarrés sur les quais où se nichent de très belles terrasses de café.

Sans oublier les nombreux musées dont le plus emblématique est le Vasa, du nom de ce navire de guerre qui sombra dans le port le 10 août 1628, le jour de sa première sortie, entraînant avec lui les membres d’équipage et leur famille. Aujourd’hui renfloué et restauré à l’identique, il permet de découvrir combien grandes étaient la richesse et la puissance du roi Gustav II.

Le monument du troubadour folk suédois édifié par Evert Taube se dresse en face de l’Hôtel de Ville de Stockholm reconnaissable à sa haute tour en briques rouges rehaussée de 3 couronnes.

Tallinn réjouit par la dimension de la vieille ville qui offre une belle escale au Moyen-Age, à l’époque où le port avait rejoint la Hanse. Rien d’étonnant à ce que l’Unesco l’ait ajoutée à sa liste prestigieuse du Patrimoine de l’Humanité, peu de cités pouvant se targuer d’avoir préservé autant de vestiges des 14ème et 15ème siècles.

Si la vie se concentre dans la ville basse autour de la place dominée par l’hôtel de ville, la ville haute se déchiffre comme un livre d’histoire et on y sent vibrer un air de liberté qui n’a ce parfum que dans les nations qui en ont été privées pendant longtemps.

La cathédrale Saint-Isaac qui se découvre depuis les canaux est un point incontournable de la visite du centre de la ville.

L’eau est partout à Saint-Pétersbourg, la dernière étape : une quarantaine d’îles, un fleuve, 42 canaux et 550 ponts… Née de la volonté d’un seul homme, Pierre le Grand, qui voulait ouvrir une fenêtre sur l’Europe qui fasse pâlir de jalousie les cours européennes, la ville a jailli des marécages asséchés à la force du fouet et elle ne cessera de s’enrichir avec les impératrices Elisabeth et Catherine la Grande.

La cathédrale Saint-Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg est la nécropole impériale des Romanov. Tous les empereurs et impératrices sauf Pierre II de Russie et Ivan VI de Russie y sont inhumés.

Même aujourd’hui, 300 ans plus tard, elle doit à Vladimir Poutine, le nouveau tsar de Russie originaire de Saint-Pétersbourg, la restauration de la plupart des quartiers de la vieille ville ainsi que celle de plusieurs palais prestigieux.

Une croisière agrémentée d’une dégustation de caviar, d’un verre de vodka et d’une coupe de champagne est idéale pour contempler le foisonnement architectural baroque et néoclassique de la ville.

Le temps est compté, deux jours ne suffisent pas et il faut faire des choix entre les must que sont les musées de l’Ermitage, la cathédrale St-Isaac, la forteresse Pierre et Paul, les palais d’été de Catherine et de Peterhof dont les jardins et les fontaines rivalisent de magnificence avec ceux de Versailles.

Il ne faut pas rater le spectacle des illuminations nocturnes ainsi que le spectacle fascinant des ponts à bascule qui ne se relèvent que la nuit pour permettre le passage des bateaux. (A suivre…)

Christiane Goor Photos : Charles Mahaux

Le théâtre Alexandriski construit en l’honneur de l’épouse de Nicolas Ier vers 1830 par Carlo Rossi, maître du style Empire.

Infos sur www.all-ways.be Cette croisière propose également une escale à Gudhjem sur l’île de Bornholm que nous n’avons pas découverte lors de notre première croisière en mer Baltique.

Sachez aussi que le navire ne pouvant accueillir que 180 passagers, il est plus que recommandé de ne pas tarder à réserver, d’autant que de nombreux clients n’ont pas pu voyager en 2020. All Ways propose des conditions de réservation flexibles.

Vous pouvez réserver maintenant en ne versant que 10 %* d’acompte. L’annulation peut se faire sans frais jusqu’à 60 jours avant le départ. Enfin, All Ways a bien sûr mis en place un protocole strict pour que tout le monde puisse voyager en toute sécurité.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY