La Chine met au sol tous les Boeing 737 Max

Si on peut présumer que l’action chinoise est liée à la guerre économique avec les États-Unis, il n’en reste pas moins qu’on se pose des questions sur la sécurité des nouveaux appareils de Boeing.

Le crash d’Ethiopian Airlines est la goutte d’eau de plus

Les autorités chinoises ont ordonné aux compagnies aériennes du pays de suspendre leurs vols opérés en Boeing 737 MAX, après le crash dimanche d’un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines. Ce nouveau drame aérien aura fait 157 morts dont plusieurs occidentaux.

On se souvient de Lion Air

En octobre dernier, un autre Boeing 737 MAX 8, de la compagnie Lion Air, s’est écrasé en mer de Java, faisant 189 morts.

La responsabilité de l’accident aurait été imputée aux pilotes. Cependant, l’installation d’un nouveau système que Boeing n’aurait pas suffisamment informé serait également en cause.

La Chine veut des éclaircissements sur ces accidents

L’Administration de l’aviation civile de Chine (CAAC) a déclaré dans un communiqué qu’elle informerait les compagnies aériennes d’une éventuelle reprise des vols, après avoir eu des réponses claires de Boeing et des autorités américaines. Les compagnies aériennes chinoises détiendraient 96 Boeing 737 MAX. L’Éthiopie a pris la même décision.

Un coup dur pour Boeing

Le MAX est un programme essentiel pour Boeing pour les prochaines années. Il représente 64% de la production totale du constructeur jusqu’en 2032. Le constructeur va devoir rassurer aussi bien les voyageurs, les compagnies que les investisseurs sur la fiabilité de son avion.

La communauté aéronautique s’était déjà interrogée sur le manque d’information des compagnies et des pilotes sur son nouveau système anti-décrochage.

La fédération des pilotes américains avait alors mis en lumière un problème d’informations erronées des capteurs d’incidence qui pourrait induire en erreur l’ordinateur de bord. Le système pourrait croire être en décrochage, alors qu’il faudrait au contraire le redresser.

A suivre !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY