Koekelberg : un suppositoire chocolaté diversement apprécié

La place Simonis fait peau neuve. Pour l’occasion, Philippe Pivin, Bourgmestre de Koekelberg, a émis l’idée originale de mettre une cabosse de Cacao sur la place surplombant le Boulevard Léopold II. Ceci, pour rappeler l’existence du Belgian Chocolate Village à proximité. Une sculpture qui fait polémique mais dont il ne serait pas responsable.

Le Belgian Chocolate Village

Il y a deux ans, nous avions consacré un article au Belgian Chocolate Village. Dans le cadre de notre enquête sur le tourisme bruxellois, un papier a récemment été écrit sur la destination. Suite à la restauration de la place Simonis, l’idée a été émise de mettre ce haut lieu du tourisme koekelbergeois en avant en le symbolisant par un objet.

0026La cabosse (fruit du cacaoyer) a été plébiscitée pour inviter les touristes à s’y rendre. Depuis son ouverture, le Belgian Chocolate Village connaît un succès non négligeable. L’année de son ouverture, il a reçu une récompense lors des awards annuels de visit.brussels.

Un choix de Pascal Smet

Rendons à César ce qui lui appartient. Le Boulevard est propriété de la Région. C’est à Pascal Smet et non pas au Bourgmestre que la décision finale revenait.

C’est Mélissa Breuer qui a été plébiscitée pour cette sculpture. Cette illustre inconnue est de nationalité néerlandaise. Professeur d’art et Architecte, elle est passionnée par les films de science fiction. A nos collègues de CineSud, elle fait d’ailleurs savoir qu’elle rêverait d’en tourner un…

Arrivé avec ½ heure de retard à l’inauguration (l’homme est arrivé en vélo), Pascal Smet n’a pas manqué de parler de lui dans les médias flamands. Idem pour Philippe Pivin sur les réseaux francophones qui lui, par contre, était sur la brèche depuis… 6 ans. Depuis 2011, ce dernier fait les 400 pas pour faire quelque chose de sa place.

copyright_atelier_breuer_7_largeUne œuvre détestée par les artistes

Sur les réseaux sociaux, l’œuvre fait polémique. Pâle copie de l’artiste international Amish Kapoor, ce travail a été parodié à de nombreuses reprises. Certains y voient un suppositoire ou un presse agrumes, d’autres un… plug anal ou une soucoupe volante. On ne peut pas leur donner tort.

Lorsque l’on sait le sérieux artistique français quant à la réflexion de l’Art dans l’espace public, on ne peut qu’inciter nos élus à se rendre à Nantes pour voir l’exercice en la matière. La Loire fait la place belle aux artistes de talent du monde entier.

Ici il n’en est rien. Des plasticiens de renommée internationale tels Jacques Charlier ou Dominiq Fournal s’en sont indignés sur les réseaux sociaux. De nombreux quidam également. Le jour de l’inauguration, un public nombreux s’est rendu sur la place. Les réactions étaient mitigées bien que l’ambiance était à la fête.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY