Keukenhof, le printemps de l’Europe

Les Pays-Bas ont choisi de faire confiance à la discipline de la population en optant pour un confinement allégé par rapport à celui que nous connaissons en Belgique. « Si les gens n’ont pas de contact, le virus ne peut pas se propager ». Les habitants sont encore autorisés à sortir mais les lieux de rassemblement ont fermé leurs portes et finalement les Néerlandais semblent pratiquer le confinement sans y être obligés.

C’est ainsi que Keukenhof, le plus grand parc floral du monde, est fermé jusqu’au 1er juin pour cause de Covid-19, trop tard pour y admirer les parterres de fleurs à bulbes. Normalement entre avril et mai, on y attendait un million et demi de visiteurs.

Aujourd’hui, seuls les jardiniers continuent à y travailler pour préserver la beauté des lieux et préparer la prochaine saison. C’est pourquoi nous vous offrons ici une petite visite virtuelle inspirée par un voyage précédent.

A peine le portail franchi, le parfum devient enivrant. Quelques pas suffisent pour embrasser du regard un panorama multicolore, unique parce qu’éphémère.

En face, à gauche, à droite, le spectacle est grandiose. Les allées dessinent des perspectives matérialisées par des alignements d’arbres plus que centenaires et, surtout, par des parterres couverts de fleurs.

Nous sommes à Keukenhof, un domaine de 32 hectares déroulant chaque année pendant huit semaines un tapis de millions de fleurs.

Ici aux Pays-Bas, le plat pays s’est forgé une réputation internationale grâce aux bulbes, exportés dans le monde entier, principalement aux Etats-Unis, au Japon et en Allemagne.

La tulipe, originaire du Caucase

C’est la tulipe qui règne en maître depuis son introduction en 1593 au pied des moulins à vent. En effet, cette fleur déclinée en une multitude de tons n’est pas originaire des Pays-Bas, elle provient d’une région montagneuse du Caucase qui faisait alors partie de l’empire ottoman.

Holland, Keukenhof, Tulip Gardens

C’est un botaniste, Charles de Lécluse, originaire d’Arras et engagé à Leiden, qui y planta en 1593 le premier bulbe de tulipe des Pays-Bas à partir d’une poignée d’oignons volés à la cour du sultan Soliman le Magnifique par un ambassadeur autrichien qui les lui céda.

Il acclimata si bien cette fleur que quelque 50 ans plus tard, on compte déjà 650 variétés de tulipes et ce foisonnement de couleurs et de formes provoque un tel engouement que l’on peut parler de « tulipomania ». Vases et jardins s’adaptent, les polders gagnés sur la mer offrent un terrain de choix et bulbes et oignons s’exportent avec un label d’origine … hollandaise.

Holland, Keukenhof, Tulip Gardens

Aujourd’hui encore, c’est une des richesses et des fiertés de nos voisins du Nord. Elle fait partie des clichés, à l’instar des sabots ou du fromage.

Les bataves sont devenus les plus grands producteurs de fleurs à bulbes avec 20.000 hectares de champs.

La tulipe, mais aussi les lys, les glaïeuls, les narcisses ou encore les jacinthes colorent certaines campagnes. Keukenhof, c’est en quelque sorte la vitrine de ce savoir-faire.

Une centaine d’entreprises auréolées de l’appellation enviée « Fournisseurs de la Cour » livrent leurs bulbes qui sont plantés par millions entre la fin septembre et les premières gelées, de manière à offrir un spectacle haut en couleurs de mars à mai. Pour rendre encore plus féérique ce magnifique parc arboré, les dizaines de jardiniers recourent à la technique de plantation en étages.

En pratique, les bulbes sont plantés les uns au-dessus des autres : les tulipes tardives sont placées le plus en profondeur, sous les tulipes précoces et les crocus. De quoi renouveler les parterres qui jalonnent la promenade dans ce site historique. Les vestiges du château Teyligen sont ainsi encore visibles.

Holland, Keukenhof, Tulip Gardens

Ce domaine a appartenu à la Comtesse de Hollande, Jacoba van Beieren, de 1401 à 1436. C’est ici qu’elle chassait et recueillait des fruits, des légumes et des fines herbes pour les cuisines du château, raison pour laquelle, dit-on, le nom de Keukenhof (littéralement La Cour des Cuisines) s’est imposé.

Sur place, on vous explique que les fondements du parc actuel remontent à 1840 et portent la griffe des architectes paysagistes concepteurs du célèbre parc Vondel à Amsterdam. C’est au maire de Lisse, la bourgade toute proche qu’est revenue l’initiative de lancer ce jardin d’agrément en 1949 avec la collaboration de professionnels de l’horticulture.

Depuis lors, le succès ne se dément pas : Keukenhof accueille bon an mal an 1,5 millions de visiteurs du monde entier, parmi lesquels de nombreux Belges. Et plus de 18 sortes d’oiseaux migrateurs…

Un cadre changeant

Progressivement, cette véritable institution a multiplié les facettes de ces cadeaux de la nature. En bordure de pièces d’eau appréciées par les cygnes et les canards ou au sommet de petites buttes, la vision de ces fleurs ne lasse pas, d’autant que le cadre naturel se modifie sans cesse au fil de la promenade.

Les arbres le plus souvent majestueux modifient ainsi les perspectives et créent des ambiances diversifiées.

Centenaires ou non, ils sont l’objet de toutes les attentions : tous les 5 ans, un avion survole le parc pour les photographier suivant la technique de l’infrarouge, de façon à s’assurer qu’ils sont encore tous sains. Le gazon vert vif – plus de 6.500 kilos de graines d’herbe sont semés annuellement ! – contribue à donner plus d’éclat à la toile de fond.

Au gré des sentiers, on découvre tour à tour des jardins à thème. Ici, dans le Jardin naturel, bulbes et plantes vivaces sont revenues à l’état sauvage. Là, dans le Jardin de la musique, on se laisse bercer par les mélodies. Plus loin, dans le Jardin historique, le franchissement des portes en bois marque une remontée vers le Moyen Age.

A l’abri des murs, les fines herbes particulières rappellent l’époque de l’ancienne maîtresse des lieux, Jacoba van Beieren. Plus récent, le Jardin japonais, situé aux environs du moulin qui offre un magnifique panorama depuis sa terrasse, symbolise des liens vieux de 400 ans entre le Japon et les Pays-Bas.

Art et horticulture

Pour procurer un plaisir supplémentaire aux promeneurs, les responsables de Keukenhof ont agrémenté les lieux avec une série d’œuvres d’art. Il existe même un itinéraire de statues ainsi que des expositions de photos et de peintures dans différents pavillons.

Holland, Keukenhof, Tulip Gardens

Le domaine abrite en effet sur ses terres plusieurs espaces couverts particulièrement appréciés lors des jours de pluie. Ces pavillons mettent en valeur, entre autres, des expositions de fleurs coupées ou sont dédiées à des essences particulières comme les orchidées, les bambous ou encore les lys.

Avec un tel menu, une journée de visite paraît finalement bien courte. Pourtant, il serait dommage de mettre directement le cap sur la Belgique. A peine sorti du domaine, en empruntant les petites routes des campagnes avoisinantes, les champs de fleurs foisonnent. Plus vrais que nature évidemment.

Les bandes de différentes couleurs alternent pour le plus grand plaisir des yeux. Quelle beauté ! Le bouquet de tulipes sur la table du salon au retour ne constituera qu’un maigre souvenir de cette escapade originale.

Texte : Christiane Goor Photos : Charles Mahaux


Infos pratiques : Sachez qu’à l’automne, fin septembre, le parc est métamorphosé en un grand marché proposant un large assortiment de fleurs à bulbes mais aussi des articles apparentés, comme par exemple des décorations pour les fleurs, du mobilier de jardin, des clôtures et des objets ornementaux, nostalgiques et chaleureux. Pour davantage d’information : www.keukenhof.nl/fr/

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Dommage que l’article ne mentionne pas que preque tous les autocaristes de Belgique qui organisent au moins des excursions d’un jour ont au moins une journée à Keukenfhof dans leur programme (en temps normal bien entendu).
    Avec les marchés de Noël Allemands, Keukenhof est une destination idéale à faire en autocar: pas trop loin, pas de stress de route ou de parking, pouvoir converser agréablement en route avec vos compagnons de voyage.
    Au fil des années, le parc a d’ailleurs compris que les autocars doivent avoir priorité: les parkings pour autocars sont immédiatement à l’entrée, tandis que les pakings pour voitures (payants) sont un peu plus loin.
    Autre astuces: un bon jour pour visiter est le 1er mai: férié chez nous, mais pas aux Pays-Bas…
    Il y a également 1x par an le magnifique corso fleuri dans le village de Lisse, mais ce jour là, il ne faut pas avoir peur de se trouver en plein dans une immense foule, car c’est toujours le jour le plus fréquenté de l’année

Répondre à David Ullens Cancel reply