Jo&Joe, la nouvelle enseigne d’Accor
pour les millenials

Nous l’écrivions il y a quelques jours (http://pagtour.info/archives/6513), il faut s’attendre à ce que l’évolution de l’hôtel classique [aille] vers une formule nouvelle, qui reste à imaginer. Pas une formule en particulier, à vrai dire, mais plusieurs.

Les grandes chaînes ont chacune leur laboratoire, où ingénieurs et designers se penchent sur ce que devrait être la chambre d’hôtel de demain. Le groupe AccorHotels a ainsi annoncé hier le lancement d’une nouvelle chaîne d’hôtels, Jo&Joe, dont trois étudiants parisiens de la Web School Factory sont en partie les inspirateurs. Elle vise les Millenials, ces jeunes de moins de 35 ans, accros à Facebook et Snapchat mais aussi Airbnb, Heetch et autres Blablacar.

L’abolition des contraintes

Conçu en neuf mois avec Lee Penson, le designer anglais des sièges de YouTube et de Google, cette nouvelle enseigne abolit les contraintes. D’abord, il n’y a pas de modèle-type : chaque hôtel, qui s’installera dans ancien immeuble de bureau, une usine désaffectée, etc., aura son propre style. Et les règles habituelles seront abolies, comme les horaires fixes du petit déjeuner.

jojoe2Pas de chambres, pas de lits

Pas de « chambres » à proprement parler, mais des « espaces de sommeil » partagés, pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes, des lits amovibles, que l’on peut installer côte à côte, ou une tente individuelle pour s’isoler. Un canapé circulaire, appelé pizza, qui permet de s’allonger à plusieurs. Pas non plus de lits, mais des banquettes en mousse qui font office de matelas où l’on installe son sac de couchage. Le lieu tient plus de la chambre d’enfant que de la chambre d’hôtel, en effet.

jojoe3Tout pour la « communauté »

De même, les parties collectives de l’hôtel serviront à créer des événements ou à se retrouver en communauté, comme dans la salle de restauration, où les tables et les bancs sont suspendus au plafond afin de libérer l’espace pour des concerts ou des cours de danse.

Les clients de Jo&Joe auront à disposition une cuisine collective pour préparer leur repas ou prendre des cours de cuisine. Des machines à laver seront disponibles avec un système de commande par smartphone.

Une appli fédératrice

Enfin, une appli aura pour vocation de fédérer une communauté autour de la marque Jo&Joe. Outil de réservation, elle permettra aussi de partager ses expériences et des photos. Ou encore lancer des invitations pour des activités de toute sorte, et un « Chatbot », assistant vocal, fera office de concierge.

Think local

L’ouverture d’un hôtel Jo&Joe donnera lieu à un appel à projet sur Facebook. Au terme d’un vote, l’équipe gagnante pourra choisir un artiste local — par exemple un graffeur —pour personnaliser la décoration.

Le bar sera l’élément central de l’accueil, proposant cocktails et produits locaux de préférence. Plus confortable qu’une auberge de jeunesse, il offrira des tarifs très similaires : à partir de 25 euros par personne.

50 « hôtels » d’ici 4 ans

Une cinquantaine d’établissements devraient voir le jour d’ici 2020, mais déjà en 2018 à Paris, Bordeaux, Varsovie, Budapest, Rio et São Paulo.

Jo&Joe sera-t-il le modèle de l’hôtellerie de demain ? Rien n’est moins sûr, évidemment, pour ceux qui attendent d’un hôtel qu’il soit d’abord un endroit où dormir — et la configuration des « espaces de sommeil » laisse craindre qu’il n’en soit rien…

Cela étant, la formule séduira sans doute la clientèle jeune et branchée à laquelle elle est dédiée. Mais pour combien de temps ? Chacun sait que rien n’est plus versatile qu’une « tranche » de clientèle. L’hôtel idéal serait sans doute « sur mesure », celui où chaque client déciderait de ce qu’il veut y trouver, des services comme de la décoration, et pour le prix qu’il serait décidé à payer. Pour des raisons évidentes, la personnalisation n’ira sans doute jamais jusque-là.

En attendant, le groupe Accohotels n’entend pas laisser à d’autres ce marché émergent.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY