Jet Airways perd son fondateur mais devrait survivre

Comme plusieurs compagnies indiennes, Jet Airways vient de connaitre une période très difficile et on saura dans quelques jours si le plan de sauvetage pourra être finalisé. Air India, vient de son coté de recevoir un nouveau prêt de la banque centrale. On se souvient également de la faillite de Kingfisher et des difficultés de SpiceJet.

 

Jet Airways a perdu de l’argent ces deux dernières années

Le transporteur, basé à Mumbai, a démarré ses activités il y a plus de deux décennies. Ce fut juste après que l’Inde a mis fin au monopole de l’aviation. Plusieurs autres compagnies aériennes ont été créées à la même période entraînant une guerre des prix. Le leader du marché, IndiGo et d’autres compagnies low-cost ont attiré les clients loin de Jet Airways. La compagnie n’a enregistré aucun bénéfice au cours des deux dernières années.

Une période délicate pour Jet Airways ces derniers mois

Ce ne sont pas seulement les concurrents qui ont pesé sur ses revenus. Les prix élevés du carburants et les taxes locales ont également porté un coup dur. La compagnie ne pouvait plus payer totalement ses pilotes ainsi que plusieurs appareils en leasing. Jet Airways était proche de la faillite avec une dette d’environ 1,14 milliard de dollars.

Un sauvetage par Etihad et la Banque Centrale de l’Inde

Les deux compagnies aériennes devraient signer un protocole d’accord d’ici quelques jours. La part d’Etihad passerait de 24% à 40% et débloquerait immédiatement 35 millions de dollars si ses conditions sont remplies. Le fondateur et président de Jet Airways, Naresh

 

 

 

Goyal (photo), réduirait sa participation de 51% à 22% et se retirerait du conseil d’administration. State Bank of India, serait sur le point d’échanger une partie de ses prêts contre une participation d’au moins 15% dans Jet Airways.

Un plan de sauvetage à confirmer

Un conseil d’administration devrait se tenir le 14 février. Une assemblée générale extraordinaire serait prévue le 21 février à Mumbai pour demander aux actionnaires l’approbation d’augmenter son capital, par l’émission d’actions ordinaires et des actions privilégiées.

Un accord dans une période politique délicate

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, veut éviter un effondrement de la compagnie aérienne, plusieurs mois avant les élections générales. Si tout se passe comme prévu, la compagnie aérienne pourrait maintenir ses vols et surtout contribuerait à préserver environ 23 000 emplois.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY