Jackpot pour le tourisme en Belgique ?

Les indices sont au vert en tout cas. Le comportement des Belges d’après crise sera crucial évidemment. Beaucoup d’acteurs belges se préparent en tout cas à accueillir à bras ouverts leurs concitoyens.

Côte belge et Ardennes belges risquent fort d’être surchargées. Espérons que les exploitants n’auront pas le mauvais réflexe d’adapter leurs prix à la hausse, vu les circonstances. Imaginez les hôtels n’appliquer que leurs « rack-rates », c’est à dire un unique « prix plein ». Cette pratique sauverait en partie leur saison, mais serait désastreuse pour eux à l’avenir.

Les consommateurs ont bonne mémoire pour ce genre d’action. Mais il faut d’abord attendre la fin totale du confinement, et la réouverture du secteur Horeca. D’autres paramètres joueront aussi dans la balance, mais leur impact pour cette année sera faible.

Toutes les frontières européennes devront d’abord redevenir fluides pour retrouver un trafic touristique normal. Un visa sanitaire ne sera peut-être pas exclu dans un 1er temps. Le trafic aérien devra lui aussi adapter ses opérations en fonction des demandes en réservations, pour ne citer que ce paramètre.

L’appréhension ou peur du voyage devra également se dissiper dans l’esprit des gens. Bref, à l’approche de l’été, au plus le confinement durera, au plus la tendance de passer ses vacances sur son propre sol se confirmera.

Et l’influence des bons à valoir Corona ?

Cette mesure est légale, au niveau belge, et est un exemple parfait de solidarité en cette période de crise, quoi qu’en disent les textes européens ou certaines associations de consommateurs qui suivent le courant, et surtout qui font preuve de « clientélisme » pour prouver leur utilité et leur existence.

Semer le doute dans l’esprit des consommateurs est la pire des choses, surtout en pleine crise. Ces derniers n’ont encore rien perdu pour l’instant, et c’est là le principal. Ils repartiront en vacances, c’est certain aussi, la seule question qui reste est : « Quand le pourront-ils?»

Et j’ai une pensée émue pour les propriétaires d’une seconde résidence en Belgique, qui ont l’interdiction de s’y rendre. Compréhensible de par le motif pandémie, mais avec un goût amer de « liberté bafouée ». Un locataire longue durée d’une seconde résidence va-t-il être remboursé ou ses loyers suspendus ? Les propriétaires des secondes résidences vont-ils recevoir un crédit ou un bon à valoir sur leurs taxes, cadastres et autres qu’ils doivent payer ??

Rien n’est moins sûr

C’est en somme tout notre système qui risque de vaciller, ou plutôt qui vacille déjà. En attendant protégez-vous, et protégez vos familles.

Courage à toutes et tous.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY