Israël durcit ses conditions d’entrée

Passage de la frontière entre la Jordanie et Israël © Hervé Ducruet

L’État hébreu vient d’interdire l’entrée aux Français mais aussi aux Allemands, Autrichiens, Suisses et Italiens. Les citoyens de ces pays seront immédiatement renvoyés dans leur pays d’origine. Les Israéliens, arrivés avec eux, seront placés en quarantaine durant deux semaines.

Cette décision prise au plus haut niveau de l’État, risque d’avoir un impact considérable sur l’économie du pays car Israël compte une seule porte d’entrée : l’aéroport Ben Gourion, près de Tel-Aviv.

Les professionnels du tourisme, une activité cruciale pour le pays, crient déjà à la catastrophe. Des voix s’élèvent déjà pour dénoncer une mesure disproportionnée alors qu’Israël recense seulement une quinzaine de personnes contaminées à ce jour.

Les hôtes d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse, de France et d’Espagne qui sont déjà en Israël peuvent profiter de leur séjour comme prévu. Personne ne sera expulsé du pays. Les règles suivantes doivent être respectées.

Les autorités israéliennes précisent que les personnes qui se sentiraient mal ont à leur disposition le numéro d’appel 101, qu’il convient de respecter les mesures d’hygiène habituelles, qu’il faut éviter les endroits bondés et ne pas participer aux événements de plus de 100 personnes.

A partir du vendredi 6 mars 2020 à 08h00, le nouveau décret du ministre de l’Intérieur entrera en vigueur. Selon cet ordre, tous les passagers arrivant d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse se verront refuser l’entrée, à moins qu’ils puissent prouver une possibilité de quarantaine en Israël pendant 14 jours.

Cet isolement ne doit pas être un hôtel. Il doit s’agir d’un logement indépendant (appartement de vacances, appartement, maison de vacances ou similaire).

Les touristes qui ont eu une correspondance aérienne avec changement d’avion dans les pays mentionnés ci-dessus peuvent entrer en Israël comme d’habitude. (TI)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY