Iran/États-Unis : des préoccupations touristiques majeures au Moyen-Orient

© Tourisme Iran

Les tensions montent au Moyen-Orient après la mort du général iranien Qasem Soleimani. Le conseiller militaire de l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré à « CNN » : « la réponse du pays à la frappe aérienne sera à coup sûr militaire ». Les États-Unis envoient plus de 3.000 soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient en réponse à la menace accrue. Sans parler de la possible augmentation des prix pétroliers, le tourisme risque d’en prendre un coup.

Une escalade majeure des tensions entre Washington et Téhéran.

Sous la direction de Qasem Soleimani, l’Iran avait renforcé le Hezbollah au Liban et d’autres groupes militants pro-iraniens. Il avait élargi sa présence militaire en Irak et en Syrie et orchestré l’offensive syrienne contre les groupes rebelles dans la longue guerre civile du pays. Il a été tué, proche de l’aéroport de Bagdad par une frappe aérienne américaine en Irak, qui aurait été ordonnée par le président américain.

La diplomatie française recommande de ne pas se rendre en Iran

On peut lire sur le site officiel : « En raison notamment des pratiques d’arrestation et de détention arbitraires de la part des services de sécurité et de renseignements iraniens, se rendre aujourd’hui en Iran comporte des risques. Ces services sont, de manière générale, très intrusifs, notamment à l’égard des contacts des ressortissants étrangers avec la population, singulièrement les milieux universitaires qui font l’objet d’une surveillance particulière. Les risques sont aggravés par la persistance des tensions régionales qui peut avoir des répercussions sur la situation en Iran. Dans ce contexte, les ressortissants français sont fortement invités à différer leurs projets de déplacement d’ordre professionnel ou personnel en Iran ».

Un désir de vengeance de la part de l’Iran

Le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif a qualifié l’attaque « d’acte de terrorisme international ». Le président Hassan Rouhani a déclaré dans un communiqué : « L’Iran et les autres nations de la région se vengeront de ce crime horrible de l’Amérique criminelle ». La Russie a déclaré que l’attaque était un « meurtre » et une « mesure imprudente » de la part des États-Unis.

La guerre des tweets sur de possibles cibles culturelles iraniennes

Le président Donald Trump a déclaré, samedi 4 janvier, que les États-Unis avaient ciblé 52 sites iraniens pouvant être frappés si l’Iran attaque des américains ou des actifs américains.

Les tweets du président républicain ont été publiés pendant son séjour de vacances en Floride. La sénatrice démocrate, Elizabeth Warren, qui espère défier Trump lors des élections de novembre prochain, a tweeté : « Nous ne sommes pas en guerre avec l’Iran. Le peuple américain ne veut pas d’une guerre avec l’Iran »

Les voyages vers l’Iran compromis

Il est clair que la destination Iran est aujourd’hui une niche pour la plupart des voyagistes. Selon diverses sources iraniennes, environ 7,8 millions de touristes ont voyagé en Iran au cours de la dernière année civile iranienne (se terminant le 20 mars 2019) en croissance de 52,5 % par rapport à l’année précédente.

Le chiffre semble être plus important sur la période Avril 2019/ Mars 2020, malgré la dénonciation de l’accord nucléaire en 2018, décidée par le président Trump. Il faut reconnaître que la baisse brutale de la monnaie avait attiré de nouveaux touristes. Aujourd’hui, le tourisme vers l’Iran semble compromis pour quelques temps.

Des répercussions sur le tourisme au Moyen-Orient ?

Il est aujourd’hui difficile d’évaluer l’impact de la menace américaine et iranienne sur l’ensemble du Moyen-Orient. Un conflit avec l’Iran pourrait avoir des conséquences dramatiques sur le tourisme mondial.

Résultat de recherche d'images pour "détroit d’Ormuz trends tendances"Le détroit d’Ormuz est le passage pétrolier le plus important au monde et est situé entre l’Iran et Oman. Le détroit est la seule route vers l’océan ouvert pour plus d’un sixième de la production mondiale de pétrole et un tiers du gaz naturel liquéfié (GNL) du monde. Le tourisme, dans les pays du Moyen-Orient, serait également touché.

Les États-Unis ont averti que les installations énergétiques saoudiennes pourraient être ciblées par l’Iran. Israël, qui a fait une année touristique record en 2019, pourrait être impacté.

L’armée israélienne a déclaré que l’armée était en état d’alerte accrue. Israël pourrait être inquiété par les alliés iraniens comme le mouvement libanais soutenu par Téhéran, le Hezbollah au nord, ou le groupe militant palestinien Hamas et le Jihad islamique à Gaza.

Bref, ce n’est pas rassurant !

Serge Fabre

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY