Interdiction des tablettes et ordinateurs, Ottawa et Paris réfléchissent…

Après Washington, Londres a confirmé l’interdiction des ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les vols à destination de son territoire  et provenant de certains pays. Si le Canada et la France n’ont pas (encore) pris de décision, la Suisse et l’Allemagne n’envisagent pas (pour l’instant) leur interdiction.

Le ministre des Transports, Marc Garneau a affirmé hier que le Canada évaluait les renseignements transmis par les États-Unis

Le 21 mars dernier, rappelons-le, le gouvernement des États-Unis avait annoncé la même mesure pour huit pays : la Turquie, la Jordanie, l’Égypte, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Maroc.

En ce qui a trait aux États-Unis, environ 50 vols par jour, tous exploités par des transporteurs étrangers, seront touchés. La politique n’affecte pas les transporteurs américains parce qu’ils ne volent pas directement vers les États-Unis depuis ces aéroports.

LE CANADA ET LA FRANCE ÉTUDIENT LA QUESTION

Le ministre des Transports, Marc Garneau a affirmé hier que le Canada évaluait les renseignements transmis par les États-Unis pour déterminer s’il faut que les passagers de certains pays du Moyen-Orient enregistrent tous leurs gros appareils électroniques, à l’exception des téléphones portables.

Les autorités françaises ont également indiqué qu’elles étudiaient la question. En revanche, l’Allemagne ne prévoit pas d’appliquer de telles mesures. En Suisse, l’OFAC a déclaré à « 20 Minutes » ne pas vouloir en arriver là pour l’instant. Nicole Räz, porte-parole, a indiqué à l’ATS « Il s’agit d’examiner en continu nos mesures de sécurité et de les adapter si nécessaire ».

RÉACTIONS D’ASSOCIATIONS

La U.S. Travel Association a réagi promptement à la nouvelle règle, en exhortant Washington à déployer tous les efforts possibles pour minimiser les perturbations causées aux voyageurs légitimes.

« Comme pour toutes les politiques de sécurité, nous demandons instamment que cette nouvelle mesure de sécurité soit continuellement réévaluée afin de garantir qu’elle reste pertinente et efficace dans le contexte de la menace toujours changeante », a déclaré Jonathan Grella, premier vice-président Affaires publiques, par voie de communiqué.

La Global Business Travel Association a pour sa part affirmé soutenir les efforts de TSA pour sécuriser les vols, tout en ajoutant attendre de plus amples renseignements pour savoir si cette mesure répond à une menace spécifique à la sécurité.

« Près de la moitié (49 %) des voyageurs d’affaires préfèrent rester connectés et travailler en vol. Ne pas leur permettre d’apporter leurs appareils sur l’avion réduit la productivité, en enlevant du temps qu’ils peuvent utiliser pour travailler », a souligné le directeur général de l’Association, Michael W. McCormick.

« De plus, de nombreux voyageurs d’affaires préfèrent garder leurs appareils proches d’eux pour des raisons de sécurité, car ceux-ci peuvent contenir des informations sensibles de l’entreprise », a ajouté le DG de la GBTA.

logo_tourismeplus

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Y aurait-il un journaliste pour expliquer pourquoi les laptops et tablets sont devenus des menaces terroristes?

    Car moi, je ne comprends vraiment pas.

LEAVE A REPLY