Immigration US: les réseaux sociaux dans le collimateur!

On présente cette nouveauté comme un outil sécuritaire supplémentaire. D’autres peuvent y voir une intrusion dans votre vie privée. Il faut bien l’admettre, que ce soit sur Facebook, Google et autres réseaux sociaux, vous êtes déjà l’objet d’une grande attention.

Pour le moment, ce n’était que pour adapter l’annonce publicitaire. Désormais les États-Unis ont officiellement franchi le pas pour des raisons de sécurité. Et Donald Trump n’est pas encore au pouvoir !

Une information pour le moment optionnelle

La demande « optionnelle » a fait son apparition sur les formulaires électroniques d’autorisation de voyage ESTA (Electronic System for Travel Authorization).

Ces formulaires doivent être remplis par les ressortissants de 38 pays pour lesquels il n’est pas obligatoire de demander un visa dans le cas d’un voyage de tourisme de moins de 90 jours aux États-Unis.

facebook_01b0000001620136Des informations qui peuvent vous interdire l’entrée aux US

Cette demande « facultative » doit permettre de recueillir des « informations relatives à votre présence en ligne», elle propose donc de donner ses identifiants sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou encore Snapchat. Ces informations pourront permettre aux douanes américaines d’accéder aux informations publiques contenues dans ces profils.

L’Internet Association s’inquiète

Michael W. Macleod-Ball, le directeur de l’antenne de Washington de l’Union américaine pour les libertés civiles s’inquiète de l’usage que fera l’administration américaine sur la collecte d’informations.

L’Internet Association, qui représente Facebook, Twitter ou encore Google, a elle aussi alerté sur les risques pour la liberté d’expression et le droit à la vie privée. Pouvons-nous croire vraiment que la liberté d’expression n’était pas déjà surveillée ?

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY