Imbroglio total chez Ryanair

Cherchez l’erreur ! Un tribunal irlandais réduit à néant la grève des pilotes irlandais. En Grande Bretagne, la décision est en attente. Bref, l’incertitude est totale pour les passagers.

Avec en plus des injonctions de la compagnie de faire voler des équipages belges sur des vols vers des destinations où des grèves sont déclarées, rien ne va plus. La devise, « diviser pour régner », a plus que jamais son sens. Et l’Europe dans tout cela ? Impuissante ou simplement aveugle ?

Il faut avouer que Ryanair a atteint un point de non-retour au niveau social. La compagnie n’apaise en rien les conflits, ni ne cherche à trouver des solutions. A chaque pays ses lois sociales, à chaque pays ses législations, ET des employés qui signent, en connaissance de cause, les conditions d’emplois.

Facile, après coup, de contester ses contenus

On se doit de comprendre les 2 parties. Mais elles se complètent. Sans compagnie, pas d’emplois. Sans pilotes, pas de compagnie. La loi du plus fort ? À chacun ses raisons, à chacun ses torts. Un débat sans fin.

Le concept du low cost tout azimut : on vend pas cher, on paie pas cher. Les actionnaires, eux, ont investi dans un concept à l’aveugle, au départ, pas dans une aventure sociale. Tous savaient à quoi ils s’engageaient au départ. Les consommateurs, eux, restent seules victimes.

Et pour cause. Je me devais de me rendre à Dublin, et cause grève et incertitudes, j’ai changé et retardé mes vols, pour une semaine plus tard. Dont coût… plus 120 euros par rapport à mon coût de départ. Merci Ryanair pour cette arnaque, indépendante de ma volonté.

La compagnie y gagne, le consommateur a perdu de toute façon.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY