IATA réduit l’influence des agences et TO

Il pourrait être bientôt plus difficile pour les agences de voyages d’être accréditées pour la vente de billets d’avion. C’est ce qu’indiquent l’Association européenne ECTAA ainsi que la World Travel Agents Association Alliance. Lors de la conférence IATA de Genève, la décision de changer les règles a été prise unilatéralement.

D’abord, il s’agit des critères financiers (Local Financial Criteria) que doit remplir une agence pour une accréditation. Jusqu’à présent, ils étaient déterminés de concert par les représentants des compagnies aériennes et des agences de voyages au sein de conseils nationaux ou régionaux (APJCs).

Lors de la conférence IATA de la fin octobre, une nouvelle règle a été édictée permettant à des tiers de faire des recommandations aux APJCs, sitôt que l’IATA qualifie les critères de «déficients ou inadéquats». Comme nous l’explique Christina Russe, députée du secrétaire général de l’ECTAA, ces «tiers» peuvent être mandatés par IATA pour évaluer de telles propositions.

Les possibilités pour les agences d’accepter les critères financiers auraient été tellement réduites qu’elle rendrait les conseils conjoints totalement inutiles. Une modification des critères financiers pourrait également concerner des agences de voyages déjà accréditées, qui ne remplissent plus les conditions modifiées.

Les compagnies aériennes ont tendance à demander de plus en plus de garanties aux agences de voyages, alors que les agences de voyages ne sont pas protégées en cas de la faillite des compagnies aériennes.

L’IATA a également limité les possibilités pour les agences de voyages de faire appel à un médiateur indépendant (Travel Agency Commissioner, TAC) en cas de problème d’accréditation. Là encore, l’IATA a modifié unilatéralement les exigences, même si les associations d’agences de voyages auraient dû être impliquées.

« C’est une gifle à tous les agents IATA, agents de voyages et voyagistes du monde entier », a commenté Michel de Blust, secrétaire général d’ECTAA. Il ajoute: « Ce n’est pas une approche coopérative et cela souligne les distorsions des règles de l’IATA aux dépens des agences dans le domaine de la distribution de billets d’avion. Si une approche coopérative n’est pas possible, nous devrons chercher d’autres moyens ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY