IATA demande plus de temps pour rembourser

©TRAVEL INSIDE

Jeudi dernier, l’Association internationale du transport aérien (IATA) a dressé un bilan de la situation en Europe, soulignant les risques qui planaient sur les emplois et appelant les gouvernements à agir pour préserver le transport aérien.

Selon les analystes de l’IATA, les pertes potentielles des compagnies européennes cette année se montent désormais à $89 milliards. La demande, mesurée en RPK (revenu passager-kilomètre) a chuté de plus de moitié et est estimée à 55% en-dessous du niveau de 2019.

IATA estime que l’effondrement actuel de 90% du trafic aérien met en danger près de 6,7 millions d’emplois et pourrait conduire à un impact négatif de $452 milliards sur le PIB européen.

L’impact au niveau national

Pour le Royaume-Uni, IATA recense une baisse de 140 millions de passagers avec des pertes de l’ordre de $26,1 milliards. 661’200 emplois et une contribution de près de $50,3 milliards sont en jeu. En Espagne, ce sont 114 millions de passagers en moins qui sont recensés pour des pertes de $15,5 milliards.

901’300 emplois et une contribution de $59,4 milliards à l’économie sont en jeu. En Allemagne, IATA dénombre une baisse de 103 millions de passagers et une perte de $17,9 milliards. Là, 483’600 emplois et une contribution financière de $34 milliards sont en jeu.

En Italie, la baisse est de 83 millions de passagers avec une perte de $11,5 milliards. 310’400 emplois et une contribution de $21,1 milliards à l’économie nationale sont en jeu. En France, IATA recense une baisse de 80 millions de passagers et une perte de $14,3 milliards.

Ici, 392.500 emplois et une contribution de $35,2 milliards sont en jeu. En Suisse, les chiffres de IATA parlent d’une baisse de 28 millions de passagers pour une perte de $5,2 milliards. 111.000 emplois et une contribution de $14,7 milliards à l’économie nationale seraient en jeu.

Les gouvernements appelés à agir vite

Pour l’IATA,, il est essentiel que les gouvernements agissent promptement pour minimiser l’impact économique. Parmi les premières mesures requises, IATA mentionne le soutien financier direct, des prêts et exemptions d’impôts pour les compagnies aériennes.

La réglementation doit être allégée, notamment avec un amendement temporaire de la loi EU261 pour davantage de flexibilité sur le remboursement de vols annulés. Selon Rafael Schvartzman, Regional Vice President Europe de l’IATA basé à Genève a souligné que chaque emploi dans l’industrie du transport aérien soutien 24 emplois dans l’économie élargie.

L’association demande en outre aux agences un délai supplémentaire pour le remboursement des billets déjà payés. Comme le rapportent divers médias alémaniques (Blick.ch et Nau.ch), Rafael Schvartzman demande un délai d’au moins un mois au lieu des sept jours autorisés.

« Si l’obligation de remboursement demeure dans les sept jours, nous assisterons à de nombreuses faillites », a-t-il averti. Les compagnies aériennes doivent rembourser un total de $10 milliards pour les seules annulations en Europe. (TI)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY