Hôtellerie: encourager le payement dès la réservation

Dans le secteur hôtelier, la pratique dominante qui demeure, c’est :   Réserver > Consommer > Payer. Mais cette pratique constitue aujourd’hui l’un des principaux obstacles à la croissance des revenus des hôteliers en raison de ses effets négatifs :

-Taux d’annulation élevé : Selon une étude récente de D-EDGE, plus de 23,5 % des réservations d’hôtels indépendants et 35 % des recettes sont annulées avant l’arrivée.

-Réservations frauduleuses : Comme la réservation n’engage pas l’utilisateur final, certains hôtels peuvent être victimes de visiteurs peu scrupuleux qui réservent des séjours de longue durée (20 jours ou plus) simplement pour satisfaire les demandes de Visa, par exemple.

-Impact sur les flux de trésorerie : Selon la récente étude D-EDGE, le délai moyen de réservation (lead time) sur le site Internet de la marque hôtelière est de 37 jours… 37 jours de flux de trésorerie en moins.

Pour faire face à ces problèmes, les hôteliers devraient permettre voire encourager le paiement au moment de la réservation et devraient élargir les modes de paiement acceptés. C’est aussi une réponse à une demande croissante des voyageurs finaux : 59% d’entre eux déclarent qu’ils réserveraient à nouveau s’ils ont pu payer rapidement la première fois.

Dans cette optique, D-EDGE et PayPal se sont associés pour permettre aux hôteliers d’accepter des paiements de façon rapide et de manière sécurisée sur le site Web de leur hôtel, de presque partout dans le monde.

Ce partenariat permet également aux hôteliers qui n’ont pas de compte PayPal d’en créer un en quelques minutes et de le gérer directement depuis leur plateforme D-EDGE. Le processus de création de compte est très rapide et les hôteliers peuvent dès lors commencer à accepter le paiement instantanément sur leur moteur de réservation de presque partout dans le monde.

Le retour d’expérience montre que le taux de conversion peut augmenter jusqu’à 87,5% grâce à la solution PayPal pour mobile.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY