Hong Kong, tout ne sera plus comme avant …

© Margaux Ducruet

Les manifestations se poursuivent dans l’ancienne colonie britannique. On ne prévoit pas d’accalmie. Si Pékin n’intervient pas officiellement, il apporte son soutien à Carrie Lam. Pendant ce temps, le tourisme continue de souffrir !

Pékin réaffirme son soutien à la patronne de Hong Kong

Les principaux dirigeants chinois ont continué à exprimer leur soutien à la responsable de la direction de Hong Kong, Carrie Lam, alors que le président Xi Jinping louait son courage et sa détermination à faire face aux manifestations.

Pas de feu d’artifice pour le Nouvel An

Hong Kong a annulé son traditionnel feu d’artifice du Nouvel An pour des problèmes de sécurité. Il s’agit du dernier événement populaire à être annulé au milieu des protestations pro-démocratiques en cours.

L’Office du tourisme de Hong Kong (HKTB) a confirmé mercredi 18 décembre que le spectacle de feux d’artifice avait été annulé et serait remplacé par une version améliorée du spectacle de lumière qui se joue quotidiennement sur le port emblématique de la ville.

Le tourisme en berne

Les visiteurs ne sont plus au rendez-vous. Les arrivées à Hong Kong ont chuté de 44% en octobre, la plus forte baisse en plus de 15 ans. Une association locale a averti que les pertes d’emplois chez les détaillants pourraient atteindre des records. La baisse du tourisme a également touché la plupart des hôtels et le parc Disneyland.

Une chute du nombre de passagers

© Margaux Ducruet

Les compagnies aériennes de Hong Kong sont confrontées à la perspective de nouvelles suppressions d’emplois et même de faillites.

Six mois de manifestations anti-Pékin ont fait chuter le trafic passager à Hong Kong, produisant une cascade d’avertissements sur les bénéfices, d’annulations de vols et de réductions de coûts pour les compagnies aériennes. Hong Kong affiche la plus forte baisse du nombre de passagers dans les aéroports depuis une décennie

Cathay Pacific en baisse

Cathay Pacific Airways a signalé une quatrième baisse mensuelle et consécutive du trafic passagers. Cathay a déjà supprimé 600 emplois à Hong Kong dans le cadre de son programme de transformation de trois ans qui a débuté en 2017 et pourrait à nouveau licencier.

Il s’agit de contrecarrer la concurrence des transporteurs chinois, qui ont ajouté plus de vols directs aux États-Unis et en Europe et réduit la position de Hong Kong en tant que plaque tournante de transit pour les chinois du continent.

Une situation pire pour Hong Kong Airlines

La situation est encore pire chez Hong Kong Airlines étant donné qu’elle était déjà confrontée à une crise de liquidité avant même les manifestations. L’autorité aéroportuaire a fait saisir sept de ses avions après avoir omis d’effectuer certains paiements.

La loi autorise l’autorité à vendre les avions s’ils ne sont pas remboursés dans les 60 jours suivant la détention.

La compagnie, qui appartient au groupe HNA, doit présenter une situation financière rapidement, au risque de perdre sa licence.

Le coût de la vie (notamment le logement) et la perspective de perdre leur démocratie désespèrent nombre de hongkongais. Nous sommes bien loin des grèves en France pour le maintien de certains privilèges à la retraite. Oui, Hong Kong ne sera plus comme avant.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY