Hertz en faillite au Canada et aux USA

© Hertz

Vendredi dernier, Hertz s’est placé sous le régime américain des faillites. Cette procédure ne s’applique pour le moment qu’aux opérations au Canada et aux USA. La pandémie est pointée du doigt comme raison de cette décision, avec une « baisse brutale des revenus» suite à l’impact de la Covid-19 sur les voyages. Le manque de perspectives sur ces marchés a conduit le groupe à prendre cette décision.

Le 21 avril déjà, le loueur basé en Floride annonçait la suppression de 10’000 emplois en Amérique du Nord (26,3% des effectifs au niveau mondial). Vendredi, il précisait qu’au final, 20’000 employés -sur les 38’000 recensées fin décembre en Amérique du Nord- avaient été licenciés, soit la moitié de l’effectif mondial.

Selon le Wall Street Journal, la dette du loueur atteindrait les 19 milliards de dollars – un chiffre qui n’a pas été confirmé par l’entreprise. «Hertz a plus d’un siècle de leadership dans l’industrie et nous sommes entrés en 2020 avec une forte dynamique de revenus et de bénéfices», a déclaré Paul Stone, CEO du groupe.

Les filiales étrangères d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Europe ne sont pas touchées par cette procédure. Les opérations des marques Hertz, Dollar et Thrifty devraient se poursuivre.

Une part des 700’000 véhicules qui composent la flotte du loueur aurait déjà été vendue. Les nouvelles commandes ont été annulées. Hertz disposerait d’un milliard de dollars pour la restructuration. Le plus grand actionnaire de l’entreprise serait le milliardaire Carl Icahn avec 39% de parts.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

LEAVE A REPLY