Hambourg, une destination incontournable (1/2)

Vue sur Speicherstadt depuis Hafencity, Hambourg d’hier et de demain.

A la recherche d’une escapade citadine ? Hambourg vous tend les bras. Ville de briques, ville de culture, ville d’eau, elle a de quoi séduire tout un chacun d’autant que même si elle est la deuxième ville d’Allemagne, il est aisé de joindre les principales attractions en transports en commun voire même à pied. Nous y avons passé 4 jours, nécessaires si l’on veut profiter des très belles offres muséales proposées.

Le centre historique de Hambourg s’étend entre le Binnenalster (le lac intérieur Alster) et l’embouchure de l’Elbe, dessinant à partir du fleuve une ville s’ouvrant comme un éventail. La Nouvelle Ville (Neustadt) et la Vieille Ville (Altstadt) s’étendent à l’ouest et à l’est du canal de l’Alster qui relie le lac au fleuve où se jette celui-ci. Le quartier de la gare, à l’est de la vieille ville derrière laquelle s’étend le faubourg Sankt-Georg, mérite aussi une visite.

Vue sur Speicherstadt depuis Hafencity, Hambourg d’hier et de demain.

Au sud, en bordure du centre-ville et sur le fleuve s’étire la Speicherstadt, la cité des entrepôts qui se prolonge par la Hafencity, un nouveau quartier d’habitations et d’activités construit sur les anciennes friches portuaires abandonnées depuis que les bassins se sont déplacés plus avant dans l’estuaire car la profondeur de l’Elbe est devenue insuffisante pour les paquebots modernes. L’occasion aussi de ramener la ville vers son fleuve en reliant les parties nord et sud. Pari réussi !

On devine au sommet des frontons les abris des poulies qui servaient jadis à tracter les marchandises depuis les gabares.

Ville de briques

Ce matériau marque indéniablement le profil de Hambourg et ce depuis le Moyen Age, tout comme d’autres villes hanséatiques de la Mer du Nord et de la Baltique. Mais c’est à Hambourg que cette tradition a été particulièrement développée, jusqu’à aujourd’hui. Ainsi en est-il de la Speicherstadt, cet ensemble d’entrepôts bâtis à la fin du 19ème siècle sur un groupe d’îles de l’Elbe qui reposent sur des milliers de pilotis en chêne reliés entre eux par des ponts, des passerelles et des canaux.

Ces hauts bâtiments de brique étaient avec leurs pignons, leurs créneaux, leurs tours et leurs encorbellements des lieux de transbordement pour le café, le thé, les épices, le tabac, le rhum, les tapis d’orient, etc. Les marchandises étaient transportées directement sur l’eau au moyen de gabares et les dockers vidaient les bateaux en utilisant leurs muscles ou des treuils encore visibles dans les frontons de certains édifices. Ce n’est pas pour rien que l’Unesco a inscrit ce vaste complexe en 2015 sur la liste du Patrimoine Mondial.

Quand la lumière rayonne elle dessine de jolis reflets dans l’eau à hauteur des vieux ponts de pierre.

C’est aussi le cas pour le quartier Kontorhaus, dans la vieille ville, adossé à l’immeuble moderniste de la Chilehaus conçu comme un bureau d’entreprises commerciales. Ce chef d’œuvre d’architecture expressionniste de brique, un mouvement en vogue dans les années 20, a été commandé par un armateur qui ayant fait fortune en Amérique du Sud baptisa l’édifice « Maison du Chili ». Très aérien malgré sa taille imposante, ses façades de briques se rencontrent en une pointe aiguë qui évoque la proue d’un navire.

Aujourd’hui à l’extrémité de l’ancien quartier des docks, là où se dressait jadis l’entrepôt A, le seul où les grands navires pouvaient accoster afin d’y décharger leurs marchandises, se dresse la nouvelle Philharmonie de l’Elbe. L’ancien entrepôt en briques constitue la base de 200 000 tonnes de culture : la façade en verre composée de 1100 panneaux incurvés découpés en sections semble onduler tout en capturant les reflets changeants du ciel, de l’eau et de la ville.

La Peterstrasse dans la Neustadt transporte le visiteur au 17ème siècle même si ces façades qui rappellent les anciennes maisons bourgeoises marchandes ne sont que des répliques de maisons qui se trouvaient jadis autour de Ste-Catherine, dans le vieux port.

Il est rare de ne pas voir surgir, entre deux immeubles, les pointes acérées de l’Elbphilharmonie : vague de verre coiffée d’écume posée sur un socle de briques rouges, à l’image de celles qui ont fait l’identité de la ville offrant une continuité visuelle entre les projets contemporains et antérieurs.

Ville de culture

La pluie participe aussi à la découverte de Hambourg qui offre de quoi occuper ses visiteurs tout en se mettant à l’abri le temps du crachin. L’offre muséale est importante et dispersée dans tous les quartiers de la ville. Hafencity a consacré le plus ancien entrepôt de la ville en Musée maritime international reconnaissable de loin à l’imposante hélice posée en face de l’entrée. Les amoureux de paquebots y trouveront de très belles maquettes qui donnent vie à cette relation étroite entre l’homme et la mer.

Au Miniatur Wunderland, une reconstitution de l’embarcadère Landungbrücke à deux pas du quartier des entrepôts.

Speicherstadt a reconverti un ancien entrepôt de brique rouge en un musée ouvert jusque tard en soirée tant il attire de public. Le Miniatur Wunderland offre le plus grand univers de trains en modèle réduit du monde sur plus de 6.800m² avec 930 trains qui parcourent des décors inspirés de différentes régions du monde. On y découvre aussi le port de Hambourg miniaturisé avec le bâtiment de la Elbphilhamornie qui s’ouvre à la demande pour permettre de découvrir tous ses espaces.

Du côté de la gare, un palais imposant de style néo-Renaissance du 19ème siècle abrite le Musée des Arts et Métiers avec entre autres une grande collection de sculptures, faïences, meubles, bijoux qui illustrent les arts plastiques et appliqués en Europe depuis l’antiquité. L’art oriental et le design sont également mis en lumière.

L’imposant musée des Beaux-Arts de Hambourg.

Proche du lac Binnenalster, le Musée des Beaux-Arts, un des plus grands d’Allemagne, contient des trésors de peinture et de sculpture du 15ème siècle jusqu’à aujourd’hui. La scénographie du musée vous emmène d’une époque à l’autre et permet ainsi de découvrir l’évolution des styles au fil de la visite qui peut être longue si vous vous laissez prendre au mirage de la contemplation.

Des églises sont aussi des lieux de refuge face aux intempéries soudaines. Ne manquez pas dans la Neustadt l’église baroque St-Michel construite en brique en 1762. Son clocher de 132m coiffé d’un lanternon est le symbole de la ville, on se laisse surprendre par son intérieur entièrement blanc et or.

Toute proche, l’ancienne église St-Nicolas dont les ruines ont été transformées en mémorial contre la guerre mais sa tour est toujours la plus haute des églises de la ville. Le vieux port est quant à lui dominé par l’église Ste-Catherine reconnaissable à sa tour baroque à bulbe ajourée. (à suivre)


Infos

Y aller : Rien de plus aisé, confortable et économique que le train. Avec SNCB International, on peut réserver des billets InterCity-Express (ICE) pour joindre les grandes villes allemandes. Un changement doit se faire à Cologne mais avec un battement de 40 minutes qui rend le transfert d’un quai à l’autre facile. Coût moyen par personne en aller-retour quelque 80 euros. Arrivée à la Gare Centrale.

La gare centrale de Hambourg.

Circuler à Hambourg : La Hambourg Card est une bonne option si vous comptez l’emprunter souvent. Elle permet de voyager en bus, en train et en ferry sur le réseau de la HVV et offre en plus des réductions sur plus de 150 sites et attractions touristiques, soit 10,50€ par personne pour une journée www.hvv.de

Le Kunstmeilepass de 3 jours permet de découvrir 5 musées d’art réputés au centre de la ville pour un coût de 25 euros 20 euros avec la Hamburg Card) www.kunstmeile-hamburg.de

Se loger : Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Pour 4 nuits nous avons choisi deux hôtels situés dans des quartiers différents afin de pouvoir rayonner dans ceux-ci plus confortablement à pied. Le Ameron Hotel aménagé dans l’ancienne Bourse dans la Speicherstatdt déroule ses façades de briques le long d’un canal qu’il faut traverser via une passerelle privée pour prendre son petit déjeuner Hamburg Hotel Speicherstadt | AMERON Collection. Le Hotel Ruby Lotti Hamburg se situe à côté du Stadthausbrücke dans la Neustatdt. Cette ancien atelier graphique a conservé sa structure intérieure d’origine avec des pouresentes mais le tout a été blanchi et offre un design sympathique. On est ici à 2 pas du Rathaus, du lac et de l’église St-Michel www.ruby-hotels.com/en/hotels-destinations/hamburg .

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY