Hachinohe : un automne typiquement japonais

« MOMIJI GARI » OU COMMENT VIVRE UN AUTOMNE TYPIQUEMENT JAPONAIS À HACHINOHE

Des jours plus courts, des nuits plus froides, une lumière plus rasante, autant d’éléments qui annoncent l’arrivée de l’automne. Au Japon, cela marque surtout le Kōyō, c’est-à-dire le changement de couleur des feuilles.

Véritable temps fort de l’année japonaise, au même titre que le hanami au printemps (floraison des cerisiers), l’automne est synonyme de momiji-gari, la « chasse aux feuilles rouges », une coutume traditionnelle très ancrée dans la population qui célèbre l’appréciation de la beauté de ces feuilles changeantes.

Les vastes forêts d’Aomori où se trouve Hachinohe se recouvrent alors d’un superbe camaïeu de rouges, d’oranges, de jaunes et d’or, entre érables japonais (les fameux momiji) ou vénérables ginkgos.
De quoi vivre une expérience haute en couleurs !

Image

Maison de thé dans les érables à Nango

 image 2

Cv6SuCfUEAEym8b

Situé dans le parc de Kakko No Mori, la maison de thé Keishouan est probablement un des meilleurs endroits d’Hachinohe pour admirer les couleurs de l’automne. Encore utilisée aujourd’hui pour la cérémonie du thé traditionnelle japonaise, la maison de thé a été bâtie dans la plus stricte tradition.
 
Son architecture authentique vient accentuer parfaitement la beauté de la nature environnante, créant un véritable décor de carte postale. Entourée de 280 érables japonais, le paysage autour de la maison de thé semble littéralement prendre feu dès le mois d’octobre. La nuit, ils sont illuminés par des éclairages rouges et oranges pour encore mieux faire ressortir leurs teintes.

Cascade au cœur de la forêt à Takko
 
m_takko_01
kakkonomori_02

La saison des momiji est aussi une parfaite occasion pour sortir randonner dans les différents parcs et forêts qui parsèment la région d’Hachinohe. Dans la municipalité de Takko, les aventuriers peuvent partir à la découverte des chutes de Miroku : une cascade de 98 mètres de haut et 65 mètres de large.
 
Surnommée « somen » (un type de nouille japonaise blanche) par les habitants du coin, ses minces et gracieux filets d’eau serpentent le long de gros rochers arrondis jusqu’en bas de la falaise. Nichée au cœur d’une dense forêt de hêtres, on y accède facilement à pied par un sentier balisé.
 
Le plus vieux ginkgo du Japon à Oirase

 gingko oirase

01

Un petit sanctuaire entouré d’un jardin pittoresque, voici le décor dans lequel est planté le Negishi no O-Icho, un immense ginkgo de 32 mètres de haut qui se couvre d’or lorsque l’automne arrive, ses feuilles créant un dense tapis dorée à ses pieds.
 
Sa taille ne suffit pas à en faire le plus haut ginkgo du Japon, cependant la légende dit qu’il s’agirait du plus vieux avec près de 1100 ans à son actif. L’histoire raconte que jadis un moine japonais s’est endormi à l’emplacement du sanctuaire lors de ses voyages.
 
Pendant son sommeil, son bâton de marche aurait pris racine, donnant naissance à l’arbre qui existe encore aujourd’hui. Révéré par les habitants d’Oirase, le vénérable Ginkgo fait l’objet des plus grands soins depuis des siècles. 
 
La ronde des saisons au château de Sannohe

  The Shiroyama Park & Sannohe Museum of Local History and Culture6

The Shiroyama Park & Sannohe Museum of Local History and Culture7

La petite ville de Sannohe a abrité pendant un temps le fief du Clan Nanbu, le plus important clan du Nord du Japon, qui régna sur la région d’Hachinohe pendant plus de 700 ans. Le château n’est plus aujourd’hui, périssant dans les flammes comme beaucoup de châteaux japonais, cependant on peut encore aller voir ses fondations dans le parc de Shiroyama.
 
Reproduisant le château d’antan, le musée de Sannohe est une mine d’informations sur ces samouraïs du Nord. Très populaire au printemps du fait de ses 1600 cerisiers, le parc de Shiroyama vaut cependant aussi le détour en automne.
 
Croisière automnale sur le lac Towada

 downimage_00004058

shutterstock_703512730

Non loin d’Hachinohe se trouve le lac Towada, un double lac de cratère parmi les plus profonds du Japon. Quand le mois d’octobre arrive, ses rives se parent des couleurs chaudes de l’automne, du jaune vif des hêtres au rouge intense des étables. Le bleu profond du lac apporte une belle toile de fond à ce spectacle.
 
On peut admirer les couleurs de la nature lors d’une simple promenade sur les berges du lac ou bien en embarquant pour une croisière d’une heure sur ses eaux tranquilles. Pour plus de quiétude, on pourra aussi louer canoés et kayaks pour profiter en paix du paysage au rythme de sa pagaie.
 
Randonnée colorée le long des gorges d’Oirase

 downimage_00004059

shutterstock_1492901771

Le rivière d’Oirase prend sa source dans le lac Towada et coule sur 14km au fond d’une gorge, serpentant parmi les arbres qui prennent des teintes brillantes de rouge, de jaune et d’orange de la fin octobre au début novembre.
 
Plus d’une douzaine de cascades ponctuent le courant, soit directement dans le lit de la rivière, soit ruisselant le long des parois de la gorge pour venir rejoindre son flux. Une route suit la rivière pour permettre à tous de profiter du paysage et un bus rallie ses deux extrémités.
 
Cependant, pour préserver le calme environnant de la nature, la route est fermée certains jours pour laisser aux randonneurs tout le loisir de profiter de cadre idyllique.

***

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY