Grève Air France dans un climat détérioré

La compagnie française devrait pouvoir assurer 80% de ses vols, des prévisions en baisse comparées à mercredi. Mais d’autres inquiétudes commencent à poindre…Déjà, tous les vols ne seront pas logés à la même enseigne. Selon Air France, la compagnie devrait opérer 94% des vols long-courriers, 70% des moyen-courriers et 80% des vols domestiques.

Pour le reste de la semaine de grève des Personnels Navigants Commerciaux, Air France devrait assurer environ 90% de ses vols long-courriers et 70% pour les moyen-courriers jusqu’au 2 août. Dans un entretien publié dimanche dernier dans Le Parisien Frédéric Gagey, président d’Air avait qualifiée « d’aberration » cette grève des PNC alors que la compagnie avait renoué avec les bénéfices en 2015 après six années dans le rouge.

Les attentats de Bruxelles ont pesé sur les résultats

Ce mercredi, lors de la présentation des résultats semestriels, le groupe Air France – KLM. Air France-KLM a réduit sa perte à qui est passée de -638 M € à -114 M € à période équivalente Toutefois, le groupe confirme une détérioration du paysage depuis le deuxième trimestre Deux éléments l’expliquent : la menace terroriste en Europe après l’attentat de Bruxelles et des surcapacités du marché.

« Le contexte mondial en 2016 reste fortement incertain au regard de l’environnement géopolitique et économique dans lequel nous opérons, du prix du carburant, de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés, entraînant une pression accrue sur les recettes unitaires avec une préoccupation particulière sur la destination France », remarque le groupe franco-néerlandais.

Baisse de la demande sur l’Europe

Lors de la conférence de presse mercredi, Pierre-François Riolacci, directeur financier d’Air France-KLM  a confirmé une baisse de la demande vers l’Europe et en particulier la France, principalement depuis les marchés asiatiques.

« Nous voyons sur la destination France en particulier, l’Europe en général, la clientèle asiatique qui s’est pas mal détournée, ce qui explique la pression sur le marché. Nous voyons se dégrader le paysage », a-t-il expliqué. Concernant les conséquences de l’attentat de Nice, Pierre-François Riolacci a indiqué qu’il n’était « pas significatif pour le moment. »

Des sources d’inquiétude à venir donc, en plus du coût de la grève des PNC qui coûtera « quelques dizaines de millions d’euros », sans doute plus que les 40 M€ de celle des pilotes en juin. Plus qu’une aberration de la part des syndicats, c’est d’inconscience collective qu’il s’agit plutôt…

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY