France : Les hôtels de province souffrent davantage des grèves

©Grand Hôtel La Cloche à Dijon

Le cabinet d’étude MKG Consulting vient de publier une étude sur les impacts de la grève en pointillés à la SNCF et le mouvement social à Air France qui perturbent le tourisme.

Interrogé par France Info, son président, Vanguelis Panayotis, estime que Paris enregistre toujours des chiffres positifs mais que les villes de province souffrent davantage.

Paris, explique-t-il, bénéficie de la multitude de touristes qui ont d’autres moyens d’accéder à la capitale. Mais même si les chiffres restent positifs pour Paris, ils auraient dû être meilleurs s’il n’y avait pas eu la grève. On pense qu’il y a ainsi une perte de 2 à 3 points de la fréquentation des établissements dans la capitale.

En revanche, en province, si on prend les grandes métropoles françaises, l’impact est d’autant plus marqué pour les hôteliers.

On enregistre des baisses de l’ordre de 4 à 8 points, ce qui est assez significatif. Cette baisse-là va probablement impacter toute l’année.

On ne parle pas seulement de tourisme de loisirs, qui concerne surtout les mois de juillet-août et éventuellement les week-ends et les ponts. Le reste de l’année, du lundi au vendredi, les hommes d’affaire voyagent, notamment en train, vont rencontrer leurs clients ou se rendent à leur siège. Ils consomment des nuitées et ce sont eux qui constituent l’essentiel de l’activité dans les métropoles en France.

Or, ils ne peuvent plus se déplacer aussi facilement qu’ils le voudraient, et cela impacte l’activité des hôtels, et sans doute l’activité économique en général. Ce sont eux qui font toute l’année le chiffre d’affaire de l’hôtellerie urbaine. On peut donc être inquiet pour les professionnels du secteur.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY