France : encore trois élections !

On connaît à présent le nom du prochain président de la République Française, puisque l’élimination, dans quinze jours, de la candidate du Front National ne devrait être qu’une formalité : elle a déjà fait le plein de voix hier, et six Français sur dix — c’est bien le moins ! — ne veulent pas entendre parler de l’extrême-droite à l’Élysée.

On n’en a pourtant pas terminé avec les élections en France puisque les législatives auront lieu les 11 et 18 juin et que ses résultats, là encore, seront plus que jamais incertains.

La sociologie politique française s’articulait jusqu’ici autour de deux grands pôles, grossièrement : conservateur et socialiste avec, sur leur gauche et leur droite, quelques extrêmes éruptions de circonstance.

Deux pôles ont explosé…

En quelques semaines de campagne, ces deux grands pôles ont explosé. Le parti de l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, héritier d’une filière qui remonte au général De Gaulle, s’est effondré entre les costumes du candidat et les emplois supposés fictifs de son épouse.

Le socialisme est devenu inexistant dans la patrie de Jaurès et de Mendès-France, la faute à un outsider sans charisme, partagé entre son impuissance à défendre les acquis de la présidence Hollande, pourtant réels, et sa volonté de poursuivre sa « fronde » à l’intérieur du PS, désormais relégué au rang de « petit parti ».

La France coupée en quatre

Une des conséquences de la Présidentielle est d’avoir ainsi laissé sur le carreau une France désormais coupée en quatre, où le mouvement En Marche!, aux initiales d’Emmanuel Macron, s’est propulsé en tête en quelques mois. Autant dire que la prochaine Assemblée Nationale ne ressemblera pas non plus à la précédente, d’autant que le système électoral majoritaire à deux tours pourra compliquer encore l’émergence d’une majorité politique stable.

Il faudra donc attendre le 18 juin, date o combien symbolique en France, pour savoir si le président élu pourra disposer d’une majorité claire ou s’il lui faudra cohabiter, alors qu’il n’aura été investi dans ses fonctions qu’au plus tard le 14 mai.

Vivement les vacances !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY