Finnair prévoit de supprimer jusqu’à 1.000 postes !

La compagnie aérienne finlandaise Finnair prévoit de supprimer jusqu’à 1.000 emplois, soit 15% de ses effectifs, en raison des effets de la crise du coronavirus sur la demande, a annoncé le groupe ce mardi.

« Une amélioration rapide de la situation pandémique n’est malheureusement pas en vue. Nos revenus ont considérablement diminué, et c’est pourquoi nous devons simplement ajuster nos coûts », a déclaré le patron du groupe Topi Manner, cité dans un communiqué.

En outre, le transporteur a annoncé la poursuite du chômage technique pour « pratiquement tout son personnel » en Finlande, pour « une durée déterminée ou jusqu’à nouvel ordre ».

Finnair emploie quelque 6.700 personnes, dont 6.200 basées en Finlande

Le plan de réduction de personnel est inclus dans l’objectif d’économies de Finnair, précise la compagnie qui table désormais sur 100 millions d’euros d’économie (contre 80 millions annoncés jusqu’à présent) – sans donner davantage de détails.

Finnair, dont le modèle économique repose sur les liaisons Europe-Asie via son « hub » d’Helsinki, a été particulièrement touchée par une pandémie partie de Chine pour ensuite frapper durement l’Europe et entraîner de lourdes restrictions sur les voyages partout dans le monde.

Trafic « pratiquement à l’arrêt »

Pour l’ensemble de 2020, la compagnie détenue en majorité par l’État finlandais disait en juillet s’attendre à une perte opérationnelle « significative » et à une nette baisse de son chiffre d’affaires, dans son rapport financier trimestriel.

Au cours du deuxième trimestre, avec un trafic « pratiquement à l’arrêt », elle avait subi une perte nette de près de 172 millions d’euros, contre un bénéfice d’environ 31 millions un an plus tôt.

Comme de nombreuses autres compagnies, Finnair, détenu à 56% par l’État finlandais, a procédé en juin à un plan de recapitalisation, comprenant notamment une augmentation de capital de 500 millions d’euros.

(Avec AFP)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY