On aurait pu également tomber dans le panneau mais en vérifiant un peu l’information, on pouvait aisément comprendre ce qui se passait du côté d’Helsinki. Au cours de la dernière semaine, les médias, dont de nombreux spécialisés dans le tourisme, ont affirmé que Finnair voulait peser tous ses clients avant qu’ils embarquent.

Il a fallu que la compagnie finlandaise adresse un démenti pour rassurer les passagers. Cela arrive quand une information n’est pas vérifiée. On ne parlera pas des fausses informations qui sont également diffusées par certains blogs politiques.

Finnair confirme n’avoir effectué qu’un test

La compagnie aérienne a dû adresser un démenti « Nous ne pesons pas tous les passagers et ne les pèserons pas non plus dans le futur », a écrit Manti Väätäinen-Pereira, porte-parole de Finnair.

Que s’est-il passé ?

La compagnie aérienne avait demandé tout simplement à des volontaires de participer à une étude pour aider à rendre la compagnie aérienne plus sûre. Peser les clients avec leurs bagages à main peut aider Finnair à déterminer si elle dispose de données précises sur les poids standard des passagers.

Comme la plupart des compagnies aériennes, Finnair utilise actuellement les poids standards EASA collectés en 2009 (88kg pour les hommes, 70 kg pour les femmes, 35kg pour les enfants, tous avec des bagages à main).

Finnair a souhaité recueillir ses propres données sur ses propres vols, car les gens qui voyagent en Finlande ont tendance à avoir beaucoup de vêtements (l’hiver nécessite d’être chaudement vêtu) ou très peu (l’été à Helsinki est très chaud).

180 passagers volontaires ont participé au test

Finnair avait demandé à 150 volontaires de monter sur la balance dans un coin privé de l’aéroport. Ce sont en fait environ 180 passagers qui se sont portés volontaires pour un pesage anonyme avec leurs bagages à main. Les réactions ont été positives et les clients ont compris l’importance de la collecte de données.

Le poids d’un avion affecte directement la consommation de carburant, et que personne ne voudrait voler dans un avion à court de carburant. Sur la base de cet échantillon initial, Finnair extrapolera des informations sur le nombre de clients supplémentaires à peser pour obtenir des données statistiquement précises. La compagnie aérienne estime qu’elle aura besoin d’environ 2.000 bénévoles (en hiver et au printemps) pour obtenir un ensemble de données précises.

L’information n’était pas anodine car en 2013, Samoa Air avait décidé de facturer les passagers en fonction de leur poids plutôt que de leur siège. Ce n’est bien sûr pas le cas avec Finnair. Comme quoi, il faut vraiment recouper les informations avant de les diffuser.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY