Féérie de Noël au Château de Couches

Du 23 décembre 2017 au 7 janvier 2018

Le mois de décembre est le mois de tous les possibles, lorsque la féérie l’emporte sur le monde ordinaire, le temps d’un instant. Telle est la promesse de cette forteresse du XIIe siècle, entourée de vignes et de pierres, et qui prend, à Noël, la mystérieuse allure d’un château de légendes et de contes de fées.

Une fois la nuit tombée, donjons, chapelle, tourelles, courtines, remparts, parc et château tout entier, se métamorphosent sous le feu d’une colonie de lumières, formidables lucioles qui illuminent le Château de Couches de mille feux.

Les plus sceptiques se laisseront rapidement surprendre : une fois les portes franchies, ici, on s’émerveille d’un tout et d’un petit rien, formidable Pays des Merveilles qui nous embarque sur les traces de la mystérieuse Marguerite de Bourgogne, Reine de France et de Navarre.

Découvrir le Château de Couches à Noël, c’est une visite enchantée, hors du temps. Une déambulation féérique au cœur d’un jardin élégamment décoré, un soupçon de modernité au cœur de l’une des plus anciennes forteresses du duché de Bourgogne. Au gré de la visite, on s’imagine croiser Claude de Montagu, chambellan des deux derniers ducs de Bourgogne, notable seigneur du château au XVe siècle.

Dans la sérénité du bâti, on s’ébahit devant un spectacle de magie empli de poésie, d’enchantement et d’humour. Plus loin, au fil des anecdotes contées par un guide costumé, nos fillettes se rêvent princesses d’un jour, nos garçons s’improvisent chevaliers, les plus grands plongent dans un Moyen Âge, qu’ils s’étonnent souvent de découvrir. D’autres, ingénieurs, architectes ou artisans en herbe, s’éloignent pour des ateliers créatifs thématiques.

Puis, au crépuscule, échassiers et cracheurs de feux font leur magistrale entrée. Les uns ondulent au rythme d’une scénographie étudiée, géants filiformes qui se jouent des ombres de la nuit. Les autres projettent leur souffle de feu, tels de terrifiants dragons protégeant une mystérieuse princesse que l’on ne saurait plus cacher.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY