Eurowings plombe Lufthansa

Il semblerait que le rachat des activités d’Air Berlin ainsi que celles de Brussels Airlines ont pesé sur les résultats du groupe aérien allemand. Quand on regarde de plus près, il y a bien d’autres facteurs qui ont fait chuter les bénéfices …

Même la bourse boude Lufthansa

Les actions de Lufthansa, qui ont perdu environ 16% de leur valeur depuis le début de l’année, ont encore baissé cette semaine. La bourse craint que l’ogre allemand fasse une indigestion. Que se passera-t-il quand le groupe avalera l’indigeste Alitalia.

Les coûts trop importants chez Eurowings

Les coûts d’expansion de la low-cost Eurowings ont freiné la croissance des bénéfices du groupe au cours des trois premiers mois de l’année. Les prévisions de croissance de capacités en 2018 ont été revues à la baisse.

Alors que la faillite d’Air Berlin aurait pu conduire plus de passagers vers les différentes compagnies du groupe Lufthansa. Selon les commentaires, les coûts exceptionnels de l’intégration d’Air Berlin auraient provoqué une perte de plus de 200 millions d’euros chez Eurowings.

On justifie comme on peut

La compagnie aérienne a déjà vu ses plans de croissance freinés cette année par des retards de livraison d’Airbus A320neo court-courriers. Le groupe évoque également l’affaiblissement du dollar américain espérant que les coûts du pétrole vont faire baisser la note. Mais d’un autre côté, on observe que le prix du baril progresse.

Bien sûr, on n’évoque pas la concurrence

Il est bien normal de ne pas évoquer la concurrence, mais elle est bien présente et va peser sur les résultats du groupe. Laudamotion a récupéré une partie des actifs d’Air Berlin et a surtout accueilli Ryanair dans son capital.

Les appareils qui avaient été loués par Air Berlin à Lufthansa sont revenus. Ils vont servir à concurrencer des lignes du monstre allemand.

Brussels Airlines est critiquée par le PDG du groupe allemand

Alors que Brussels Airlines a été bénéficiaire ces trois dernières années. Il semblerait que Carsten Spohr (photo), le PDG du groupe Lufthansa soit très critique vis-à-vis de la compagnie belge. Il intègre Brussels Airlines dans Eurowings pour faire, selon lui, des économies.

Alors que le patron de la compagnie belge avait fait un excellent travail, on n’hésite pas à le licencier brutalement en Mars dernier. Il est évident que Brussels Airlines va perdre ses spécificités et surtout risque de perdre des emplois en Belgique.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY