Etihad Airways a annoncé des résultats financiers plus que dans le rouge pour 2016, enregistrant une perte nette de 1,87 milliards de dollars US sur 8,36 milliards de revenus – les frais de dépréciation ponctuels et les pertes concernant les couvertures carburant ont pesé contre une performance solide de la compagnie.

L’activité principale de la compagnie aérienne a réalisé des revenus passagers stables de 4,9 milliards de dollars US et 78,6% de remplissage (78,4% l’année précédente) tout en transportant le nombre record de 18,5 millions de passagers. Le siège au kilomètre offert (ASK) a augmenté de 9% à 113,9 millions. Les rendements ont diminué de 8% en raison des pressions sur la capacité du marché et du climat économique mondial difficile, mais cela a été partiellement compensé par une réduction de 11% des coûts unitaires.

Une dépréciation pour un total de 1,9 milliard de dollars US comprenait une charge de 1,06 milliard de dollars US sur les appareils, ce qui reflète une baisse des valeurs du marché et la suppression anticipée de certains types d’appareils. Une perte de 808 millions de dollars US a également été enregistrée sur certains actifs et risques financiers avec les partenaires, principalement Alitalia et Airberlin. Les contrats de couverture en carburant ont également eu un impact négatif sur les performances de 2016, mais cette exposition devrait avoir moins d’impact financier en 2017.

Marché en surcapacité

« Nous sommes dans une industrie caractérisée par une surcapacité, avec un déclin sur les routes clés et une évolution du comportement des clients, dus à une économie mondiale faible affectant le pouvoir d’achat. Notre réponse à ces défis est l’innovation et la réinvention, ce qui donne à Etihad Airways un avantage concurrentiel car nous cherchons à exploiter les opportunités offertes par cet environnement changeant. »

«Sur le plan opérationnel, nous avons réalisé de belles performances en 2016 

« Nous avons maintenu les niveaux de remplissage tout en augmentant la capacité. La pression sur les rendements s’est vue dans toutes les cabines, avec un impact particulier sur la classe affaires car la politique des entreprises continue d’encourager leurs voyageurs d’affaires à voler en classe économique. Nos positions de couverture de carburant, qui ont aidé à gérer les dépenses en carburant pendant l’explosion des prix du pétrole tout en ayant eu une incidence importante sur notre base de coûts l’année dernière, se réduiront en 2017. Nous observons également des améliorations prometteuses dans la contribution faite par nos stratégies de revenus auxiliaires et nous prévoyons qu’ils compensent une partie de la diminution du rendement », commente le Suisse Peter Baumgartner, CEO d’Etihad Airways. (DS)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY