Etihad Airways, continue de s’enfoncer

Si les résultats financiers de la compagnie aérienne se sont très légèrement améliorés, ils restent monstrueux pour une compagnie aérienne. Malgré tout, on temporise chez Etihad …

Sur deux années, ce sont 3 Mds € de perte

Etihad vient d’annoncer une perte d’un peu plus de 1,30 Md€ pour ses opérations aériennes en 2017. Cela s’ajoute à la perte de 2016 qui était de 1,68 Md€. Pour n’importe quelle compagnie, ce serait un désastre. Pour à peine, 1% de cette somme, la moindre entreprise déposerait son bilan.

Chez Etihad, on temporise

Selon, leur communiqué, ce chiffre représente une amélioration de 372 millions d’euros par rapport à la perte de 2016. Commentant les résultats, le PDG d’Etihad Airways, Peter Baumgartner, a déclaré: « Notre processus de transformation a donné des résultats tangibles à ce jour, avec une amélioration significative des performances pour 2017 ».

Des changements qui nuisent à la réputation d’Etihad

Il y a d’abord moins de services vers le passager premium comme la suppression de la voiture avec chauffeur. La compagnie a supprimé les pyjamas en classe affaires. Etihad a réduit les spas dans leurs salons et a réduit la restauration.

Au cours des derniers mois, Etihad Airways a réduit ou abandonné certains axes comme Edinbourg ou Perth. Elle a réduit ses vols vers Dallas et San Francisco et a considérablement réduit les fréquences vers New York et à Los Angeles.

Un taux d’occupation de 78,5%

Au total, 18,6 millions de passagers ont voyagé avec la compagnie aérienne en 2017. Selon la compagnie aérienne, « Les rendements passagers pour le dernier trimestre ont été améliorés de 9% par rapport à la même période un an auparavant.

Les performances ponctuelles ont atteint de bons niveaux et, sur le plan opérationnel, la compagnie d’Abou Dhabi continue de réduire les coûts.

James Hogan aura échoué lamentablement

Jusqu’à l’année dernière, James Hogan a dirigé Etihad, et il a finalement été viré. Si on regarde son histoire dans l’industrie du transport aérien, on ne peut pas dire qu’il aura brillé. Il a travaillé chez British Midland et Gulf Air. Les résultats n’ont pas été brillants.

On peut avoir du respect pour Tim Clark d’Emirates et même pour Akbar Al Baker du Qatar (essentiellement pour sa vision cohérente de la compagnie aérienne), mais on ne peut pas en dire autant de James Hogan. Alors qu’Emirates a su mettre Dubai sur une carte, et Al Backer a mis la priorité sur Doha ; on ne peut pas en dire autant sur Abu Dhabi.

Etihad aura été une compagnie 5 étoiles

Pour les voyageurs d’affaire, il est évident que la compagnie aérienne d’Abou Dhabi a perdu de sa superbe. Les grandes promotions avec Nicole Kidman sont du domaine du passé. On verra avec le temps comment cette compagnie aérienne saura relever un nouveau défi.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY