Et si le Covid-19 annonçait une nouvelle ère dans l’industrie touristique ?

Tous les professionnels du tourisme en sont désormais convaincus : 2020 s’annonce comme une année qui sera particulièrement difficile à gérer, et aucun secteur ne sera épargné : hôtellerie, transports, agences de voyages, musées et attractions touristiques …

Chacun recevra son lot de crises inédites à résoudre, un véritable casse-tête qui mettra les nerfs (et l’emploi) à dure épreuve. Il faudra faire le gros dos, se serrer les coudes, s’entraider … mais on s’en sortira, c’est juste un mauvais moment à passer.

Dans une vision à plus long terme, cette crise annonce peut-être le basculement vers une nouvelle ère de l’industrie touristique. Amid Faljaoui évoquait hier dans les colonnes de PagTour la notion de « game changer » en lien avec la « sino-dépendance » des industriels européens, la crise du Covid-19 pourrait également forcer notre secteur à s’orienter vers d’autres priorités dans les prochaines années.

Chacun connaît ces fameuses « générations » identifiées grâce à leurs caractéristiques comportementales : rapport au travail, outils de communication et autres évolutions technologiques.

Pour rappel, la génération des « baby-boomers » (personnes nées entre 1945 et 1960) a connu la généralisation du téléphone, la génération « X » (1960-1980) celle des ordinateurs personnels et de l’internet, la génération « Y » (1980-2000) l’éclosion des smartphones et réseaux sociaux et nous en sommes maintenant à la génération « Z » (personnes nées à partir de 2000) : ce sont nos futurs clients, nos futurs collègues, et ils affichent des comportements totalement différents de ceux de la génération précédente !

Chacune de ces générations, sauf la dernière, a été marquée par un événement à portée mondiale qui a changé la face du monde. Dans le jargon de la prospective, c’est ce que l’on appelle la « wild card » : un événement imprévisible avec un impact fort sur la société, à ne pas confondre avec une lente évolution des technologies ou des normes sociétales.

Si nous adoptons un regard rétrospectif, nous pouvons constater que ces événements ont tous marqué durablement l’évolution de l’industrie touristique. Ainsi, Mai 68 (bien connu de la génération des « baby-boomers ») a été suivi dans les années 70 et 80 par une expansion du tourisme de masse, particulièrement sur la zone méditerranéenne, et l’émergence des grands tour opérateurs et groupes hôteliers.

La génération « X » a vécu de près la chute du Mur de Berlin, avec les conséquences que l’on connaît, notamment l’ouverture de l’Europe vers les pays de l’est. Dès les années 90, les cartes des flux économiques et touristiques mondiaux ont été totalement redistribuées et tout le monde en a profité, il suffit de consulter les statistiques des touristes issus de ces pays pour s’en convaincre.

La génération suivante (« Y ») a malheureusement été marquée par les attentats du 11 septembre avec, encore une fois, un impact durable sur l’industrie du tourisme dans les années qui ont suivi : depuis lors, toutes les entreprises touristiques doivent composer avec la donnée « sécuritaire ». Certaines destinations qui étaient des best-sellers (la Tunisie) ou parmi les plus sûres au monde (la Syrie) en ont fait les frais.

Et la génération « Z » me direz-vous ?

Il est possible que la crise actuelle du Covid-19 marque, elle aussi, un tournant dans l’industrie touristique, avec des conséquences durables sur les 10 à 20 prochaines années …

Après cette épreuve, dont nous espérons toutes et tous qu’elle sera de courte durée, il faudra peut-être se réinventer, s’adapter face à de nouveaux paramètres, entre autres sanitaires, qui s’imposeront définitivement (n’oublions jamais cette citation de Charles Darwin : « Ce n’est pas le plus fort de l’espèce qui survit, ni le plus intelligent. C’est celui qui sait le mieux s’adapter au changement. »).

En corollaire aux enjeux sanitaires actuels, l’avenir du tourisme risque d’être fortement et durablement impacté par d’autres enjeux, démographiques et environnementaux, bien plus importants. Se battre contre le réchauffement climatique est certes une initiative louable, mais ce n’est pas suffisant, il faut regarder plus loin et englober ces autres dimensions dans la perspective d’un avenir meilleur.

Certain.e.s diront qu’ils l’avaient pressenti, mais ici nous risquons de nous diriger vers un véritable basculement, beaucoup plus brutal que le simple glissement que nous avons connu ces dernières années. Qui sait, le choc sera peut-être salutaire …

Alors, quel sera l’avenir du tourisme après le Covid-19 ? Il est encore trop tôt pour affirmer quoi que ce soit, et comme le disent si bien nos amis italiens, que nous avons tendance à un peu trop maudire ces derniers jours : « Chi lo sa ? » (Qui le sait ?). Évitons les discours trop pessimistes, tout en restant réalistes, et croyons plutôt en la formidable capacité d’adaptation de l’être humain …

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY