Et alors, ces fuseaux ?

© pasja1000 - Pixabay

Si je me souviens bien, les derniers changements d’heure devaient avoir lieu en 2021. La Commission européenne devait s’en charger sur base d’une consultation des États membres. Plus personne n’en parle et je vous fiche mon billet que si on demande aux Eurocrates pourquoi le dossier n’avance pas, ils vous répondront sans doute que «pandémie, Pologne, autres priorités » et gnagnagna.

Les fonctionnaires des ministères des Transports des différents États membres sont tout aussi fautifs, parce que ce sont eux qui doivent notifier à la Commission européenne leurs préférences, en l’occurrence : choisit-on l’heure d’été ou l’heure d’hiver ? Questionnés par referendum par la Commission, une très grosse majorité de citoyens européens s’est prononcée pour l’heure d’été (la lumière reste plus tard).

Puis des experts s’en sont mêlés – tiens donc !, ils commencent à me pomper ceux-là – pour dire que, point de vue santé, l’heure d’hiver est plus « naturelle ». C’est sûr que, comme ils se lèvent à cinq heures du matin, ils veulent du soleil très tôt. A l’époque, directeur général de l’Iata, Alexandre de Juniac nous disait : « Surtout qu’ils ne décident pas heure d’été pour Bruxelles, Rome et Madrid et heure d’hiver pour Paris, Francfort et Vienne ! »

Donc, c’eut été plus simple que la Commission tranche, mais non ! C’est du ressort des États membres (qui peuvent à la limite se mettre à l’heure de Moscou) et plus particulièrement des ministres des Transports, donc, chez nous, un Ecolo, ce qui est encore plus angoissant.

Et les vaches ?

Ce qui est déprimant, pandémie ou pas (elle a été si efficace, la Commission à ce sujet, au fond ?), c’est que les fonctionnaires européens se fichent du quart de la moitié des citoyens européens. Car une chose est sûre, que l’on privilégie l’heure d’hiver ou l’heure d’été, c’est que les Européens souhaitent qu’on arrête avec ces changements d’heures des années 1970 destinés soi-disant à économiser de l’énergie, ce qui n’a jamais vraiment été prouvé. Ou convaincant, disons.

Mais bon, Bruxelles estime désormais que le sujet est dérisoire. Fallait le dire plus tôt au lieu de nous faire lambiner. Les agriculteurs disent que leurs vaches ne s’habituent pas à manger une heure plus tôt ou plus tard ? Argument ridicule : il suffit de leur donner à manger ou les traire une heure plus tôt ou plus tard, non ? Ah oui, si, évidemment, on veut voir « L’Amour est dans le Pré » à la télévision, ce n’est pas le moment de nourrir le bétail, j’avais oublié…

Sauf erreur, il y a trois fuseaux horaires en Europe, avec le Portugal à un extrême, la Finlande et la Grèce à l’autre. Au milieu, une grande zone où la France représente à elle seule presqu’une heure de battement « naturel ».

En tout cas, ils feraient bien de se magner le train à la Commission, parce que j’en ai marre d’expliquer deux fois par an depuis mars 1976 quand il faut avancer les aiguilles de la montre, si on peut dormir une heure de plus et oublier la machine à café qui se met en route à 6 heures du matin ! Grglgrllrrgrll…. qu’elle fait !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY