Épidémie de rougeole aux Samoa…

La responsabilité des mouvements autovaccins engagée !

Les îles Samoa étaient claquemurées pour la deuxième journée d’affilée vendredi pour mener à bien une campagne sans précédent de vaccination durant deux jours afin de tenter de juguler une épidémie de rougeole qui a déjà fauché 63 personnes, dont des dizaines d’enfants.

Les îles Samoa ont ordonné la fermeture jeudi et vendredi de tous les commerces et services gouvernementaux non essentiels, coupé la liaison inter-îles par ferry et demandé aux véhicules privés de ne pas circuler. Des équipes de vaccination se sont déployées pour faire du porte-à-porte. Les personnes non-vaccinées contre la rougeole doivent afficher un drapeau ou une étoffe rouge devant leur domicile pour aider les équipes à les repérer.

Les autorités de cet archipel du Pacifique sud (200.000 habitants) ont averti qu’elles ne toléreraient aucune désinformation de la part de mouvements anti-vaccins. Elles ont annoncé l’arrestation d’un militant connu et particulièrement virulent qui s’était opposé à la campagne massive de vaccination.

 

La responsabilité des autovaccins

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a incriminé des campagnes anti-vaccins dans la chute de la couverture vaccinale aux Samoa avant l’épidémie. La mort l’an dernier de deux bébés après un vaccin anti-rougeole a ébranlé la confiance des parents et stoppé durant huit mois le programme national de vaccination. Une enquête a ensuite innocenté le vaccin et démontré une erreur : le vaccin n’était pas en cause mais avait été administré mélangé avec des produits anesthésiants au lieu d’eau.

Mais les autovaccins ont sauté sur l’occasion. Selon Sheldon Yett, leurs campagnes sont souvent menées depuis des pays riches comme les Etats-Unis ou l’Australie sans conscience de leur impact sur des pays pauvres. « Nous avons eu des enfants qui sont décédés après leur arrivée à l’hôpital, en dernier recours. Nous avons découvert que le message anti-vaccin avait été transmis à leurs familles, qui avaient ensuite gardé ces enfants à la maison », a abondé le ministre de la Communication de l’archipel, Afamasaga Rico Tupai.

 

Selon les estimations de l’OMS, la vaccination a sauvé la vie de 21 millions d’enfants sur les vingt dernières années. Dans les archipels voisins de Tonga et Fidji, où la couverture vaccinale approche 90 %, des épidémies de rougeole se sont aussi déclarées mais sans faire de victimes.

(Avec Ouest France)

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY