« Enterrement symbolique de la liberté de voyager » à BSCA

Ce vendredi, les agents de voyages enterrent publiquement la liberté de voyager, sur la piste de l’aéroport de Charleroi. Voici 6 mois que les Belges sont pratiquement prisonniers  au sein de leurs frontières.

La liberté de circuler et de voyager est pourtant garantie par l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Pour cette raison, les agences de voyages organisent ce vendredi matin à 10h00 un enterrement symbolique de la liberté de voyager sur la piste de l’aéroport de Charleroi.

Depuis hier, le Liechtenstein est devenu le seul pays au monde où les belges peuvent de rendre librement. Pour le reste, seules quelques régions éparses sont encore en vert. Cela fait 6 mois que les agences de voyages n’ont presque plus rien à vendre.. Pour l’essentiel, elles ne font que gérer des annulations au gré des changements de couleur.

Chaque année, 400.000 personnes meurent d’accidents de la route dans le monde. Il n’est pourtant pas interdit de rouler : port du masque et airbags de série ont été imposés.

Chaque année, 700.000 personnes meurent du sida dans le monde. Il n’est pourtant pas interdit d’avoir des relations sexuelles. Préservatif et adaptation des comportements ont vu le jour.

Chaque année, 450.000 personnes meurent de la malaria, dont 95 % en Afrique. Il n’y a aucun vaccin pour cette maladie. Pourtant aucun pays n’a jamais interdit de se rendre sur le Continent africain.

En parallèle, le secteur entier des agences de voyages demande donc l’ouverture des frontières, avec des mesures appropriées. De tous les pays européens, la Grèce est souvent montrée en exemple pour son peu de cas positifs au Covid-19. La Grèce a pris rapidement des mesures comme le port du masque et l’obligation de faire un test PCR dans les 72h avant l’arrivée sur leur sol.

En plus de la liberté de voyager, cette fermeture des frontières a un impact considérable sur l’économie des entreprises belges et les finances publiques. Le secteur touristique est complètement exsangue. Les agences de voyages ne passeront pas l’hiver si aucune mesure n’est prise pour les soutenir et leur permettre de continuer de travailler.

Pour les agences de voyages et leurs 7.000 emplois directs, la fermeture des frontières équivaut à un lock-dowm, car à peine 6 % des destinations mondiales sont ouvertes. Quel magasin pourrait survire avec seulement 6 % de produits à vendre sur ses étagères ?

La ministre Muylle en charge de l’Économie a soutenu le secteur des organisateurs de voyages en permettant d’émettre des bons à valoir afin d’éviter la faillite totale du secteur en tout début de crise. Or, aujourd’hui, la plupart de ces bons ne peuvent être utilisés, car la quasi-totalité des frontières est fermée. Le secteur touristique ne tiendra pas 6 mois de plus.

Les agences de voyages vous donnent rendez-vous demain dès 09h30 l’aéroport de Charleroi afin de demander une ouverture rapide et sécurisée des frontières belges.

Personne de contact :

HAMENDE Sébastien – vice-président et porte-parole de l’UPAV (Union professionnelle des Agences de Voyages) 0495/92.44.10 Hamende.sebastien@del-tour.com

Action « Enterrement symbolique de la liberté de voyager »

Lieu : Terminal Executive (ancien terminal) de l’aéroport de Charleroi

Programme : 

  • 09h30 : arrivée de la presse et des participants
  • 10h00 : arrivée du corbillard
  • 10h15 : enterrement symbolique sur la piste de l’aéroport
  • 10h30 : conférence de presse suivie des Q&R

En accord avec BSCA, une pièce d’identité sera exigée afin de pouvoir accéder à la partie de l’action qui sera menée sur la piste d’atterrissage. Maximum 40 personnes sont autorisées à y accéder.

Source : https://diplomatie.belgium.be/fr

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY